Stop crying your heart out.

Mes sanglots étouffés résonnent dans ma chambre et tu les entends pas. Je ne veux pas que tu les entendes et je prends une profonde inspiration pour ravaler ces larmes, une bonne fois pour toute. Tu pars loin demain, et pourtant, j'ai le sentiment d'être plus proche de toi que jamais. Je cherche les mots que j'aimerais te dire, ils sont dans un coin de mon coeur et ils attendent depuis un moment. Ils peinent à sortir car je n'ai pas l'habitude de m'ouvrir autant.

Je repense aux rires que nous avons partagé, je m'entends rire aux éclats, et ça me surprend, parce que ça faisait longtemps que je n'avais pas entendu un tel bruit sortir de ma bouche. Ca me fait du bien, je souris, j'ai le sentiment d'être heureuse, et c'est grâce à toi. Pourtant, ce bonheur apparent est entaché par ton départ. Tu m'as redonné un peu d'espoir, un peu de courage. Je pars sur de bonnes bases pour cette nouvelle année, mais j'ai peur de ne pas réussir à continuer sur cette note sans toi. J'essaye de repenser à ces deux semaines, et je commence à voir trouble. Une profonde inspiration et ça va mieux. Tu es à quelques mètres de moi et je t'entends traîner des pieds comme à ton habitude pour aller voir maman. J'ai l'impression qu'elle va mieux elle aussi. Je ne sais pas si je réussirais à préserver son bonheur après ton départ. J'en doute fort. Les choses seraient tellement plus simples si tu n'avais pas à repartir...

Les journées sont moins longues mais passent tellement vite à la fois. Le fait de savoir que tu es à quelques mètres de moi me rassure et la solitude n'a plus été mon amie la plus fidèle. J'ai peur de nos retrouvailles. Je ne pensais pas qu'il était possible que je me réhabitue aussi vite à ta présence, grande âme solitaire que je suis. Je m'y suis peut-être trop vite accommodée, c'est ma faute.

Ces vacances ont fait rejaillir d'anciens souvenirs restés dans un coin de ma tête. Toi me chatouillant les cotes comme jamais et moi hurlant de rire jusqu'à n'en plus pouvoir. L'harmonie de ton rire mélangé au mien. Je suis heureuse de voir que rien n'a changé, j'ai l'impression d'avoir fait un bond en arrière, une dizaine d'années auparavant. Je pensais que cette époque était bien loin et révolue, et je me rends compte du contraire, elle est juste derrière nous, toute proche.
Je sais que le réveil sera dur pour moi, demain. J'aurais les yeux gonflés de n'avoir pas su retenir mes larmes de ce soir et le coeur lourd plein de nostalgie. 

Un goût amer dans la bouche. 

La gorge sèche. 

Des perles salées ruisselant sur mes joues à l'idée de savoir que tu dors paisiblement juste à côté et qu'à mon retour tu ne seras plus dans la chambre, qu'à mon retour, la maison sera vide.

Mes yeux deviennent un peu plus verts lorsque je pleure.

S'il te plait, ne t'en vas pas...

10 commentaires

  1. Oh. Que dire, à part la formule bateau mais vraie "courage".

    RépondreSupprimer
  2. La chanson que tu utilises pour le titre de ton article est juste magnifique.. ♥

    RépondreSupprimer
  3. Je me sens trop nulle de te lire depuis aussi longtemps sans savoir de qui tu parles... Au début je pensais à ton frère, mais maintenant je ne sais plus... :/ en tout cas, courage !

    RépondreSupprimer
  4. C'est superbe. Tu m'as en quelque sorte 'émue'... si si. Comme quoi les mots ont une force redoutable... Tu parles de ton père ? Enfin, je sais, ça ne me regarde pas. ^^'

    PS. Je te soutiens en tout cas, sache-le. On ne se connaît certes pas et on n'a pas réellement beaucoup échangé via internet mais finalement j'arrive assez bien à cerner ta personnalité et je suis très souvent d'accord avec ta vision des choses.. :)

    (strawberryav.)

    RépondreSupprimer
  5. Bonne et heureuse année à toi & surtout courage :/
    Bisous

    RépondreSupprimer
  6. J'ai pas compris le truc du "sur deux jours différents" mdrr

    RépondreSupprimer
  7. "
    Un goût amer dans la bouche.

    La gorge sèche.

    Des perles salées ruisselant sur mes joues à l'idée de savoir que tu dors paisiblement juste à côté et qu'à mon retour tu ne seras plus dans la chambre, qu'à mon retour, la maison sera vide.

    Mes yeux deviennent un peu plus verts lorsque je pleure.

    S'il te plait, ne t'en vas pas..."

    On dirait du Musso... Waw, 1 an que je te suis, c'est fou comment tu as évolué dans ton écriture !

    RépondreSupprimer
  8. @Léa : Waw, tu me compares carrément à Musso O.O.
    Merci beaucoup <3

    RépondreSupprimer

N'oubliez pas de signer vos commentaire et de repasser si vous souhaitez lire ma réponse.
Merci ♥