Eighteen.

J'ai oublié de vous dire que j'ai eu dix-huit ans. En fait non, c'était volontaire, mais voilà, il est temps de vous le dire : je suis donc officiellement responsable de ma propre personne depuis déjà quelques jours. A la question "Alors, qu'est-ce que ça fait d'avoir 18 ans ?", j'ai tout simplement répondu que ça ne me faisait strictement rien, comme toutes les fois précédentes. Mon coeur n'était pas tout à fait à la fête puisque, comme d'habitude, j'ai eu beaucoup de mal à profiter de l'instant et à ne pas penser à ces "personnes qui m'ont laissée sur le bord de la route", appelons-les comme ça. Je crois que j'avais toujours pensé qu'ils m'appelleraient ce jour-là puisque tout le monde en fait une montagne comme quoi c'est censé être un jour très important. J'aurais pensé qu'on aurait pu pensé un petit à moi. C'était raté. Aujourd'hui, j'arrive à en parler avec un peu plus de détachement parce que ça va mieux, j'ai eu le temps d'y réfléchir, j'y ai d'ailleurs pensé longuement et j'ai décidé qu'il était grand temps de tracer un grand trait sur ces évènements et de passer à autre chose. Certes, ça n'a pas du tout été facile puisqu'il m'a fallut toutes ces années pour commencer à refermer les plaies, et cela me prendra certainement encore beaucoup de temps pour qu'elles cicatrisent complètement. Je n'imaginais pas qu'elles puissent cicatriser un jour, mais ce n'est plus le cas aujourd'hui. Le fait d'imaginer que les choses puissent s'améliorer avec le temps est déjà une bonne chose, c'est un grand pas que je fais vers l'avant. 

Comme les dix-huit ans sont un âge important et que j'ai le sentiment d'avoir passé une étape, j'ai eu envie de me retourner quelques instants pour faire un petit bilan de ce début de vie. J'en suis alors venue au fait que j'avais eu une enfance quasi-parfaite, je dis quasi-parfaite puisque "parfait" serait certainement un grand mot, mais oui, j'ai été relativement heureuse. Je pense que mes souvenirs commencent vers mes dernières années de maternelle. Je me vois beaucoup entourée de ma fratrie, je me vois pleurer parce qu'ils ne voulaient pas joué avec moi ou parce qu'ils m'embêtaient et que j'étais une enfant légèrement capricieuse. Je me vois beaucoup rire. Je me souviens de ma joie en ouvrant certains cadeaux d'anniversaire et de Noël. Je me souviens d'une pile de cadeaux pour moi qui touchait presque le plafond ( à l'époque, j'en étais persuadée, mais avec du recul, je pense que j'exagérais un petit peu ). Je nous entends rire aux éclats, je nous vois dans des parcs d'attraction, en promenade en forêt ou dans ma ville. Je nous vois heureux.

Je ne sais plus quel évènement a fait que les choses ont changé pour moi. Il ne s'est peut-être rien passé. Je crois que c'est en prenant de l'âge, en murissant. Lorsque j'ai commencé à poser des questions et lorsque j'ai compris que tout n'était pas rose et qu'avoir la nouvelle Barbie n'était plus suffisant. 
Je crois que j'ai commencé à me sentir réellement mal à mon entrée au collège. J'entrais dans le monde des grands et je n'étais plus une enfant. Ma timidité m'a beaucoup isolée des autres et les gens de mon collège ne m'intéressaient pas. Je pense que c'est à cette période que je me suis rendue compte que j'étais différente. Je n'avais pas les mêmes centres d'intérêts que les autres. Je voulais avoir de bonnes notes, je voulais que les professeurs m'apprécient, j'écoutais du rock... Je ne voulais pas foutre le bordel en cours, je ne connaissais pas les nouveaux rappeurs, je rêvais d'un beau garçon qui me ressemble et non d'un mec en survêtement et au caleçon constamment visible. Donc voilà, ça a commencé comme ça. J'étais réellement dans un profond mal-être et pour couronner le tout, mon passé est remonté plus que jamais à la surface. Personne ne semblait comprendre alors j'ai arrêté de parler. J'ai arrêté de sourire, de sortir, je déclinais les "invitations", je pleurais beaucoup, mes complexes ont commencé à voir le jour, j'ai arrêté de parler à ma mère, j'ai perdu quelques kilos et j'ai mis de la distance entre les autres et moi. 

J'ai commencé à aller un peu mieux au lycée. Le fait de changer d'air m'a fait du bien, j'ai rencontré des gens différents, j'étais dans un monde différent. Un monde où je pouvais recommencer tout à zéro. Bien évidemment, mes complexes et mon sentiment d'infériorité m'ont empêché d'être celle que j'aurais voulu être mais j'ai tout de même réussis à m'en sortir et à faire des rencontres. 

Globalement, j'ai le sentiment de n'avoir rien vécu du fait d'être trop restée en tête à tête avec moi-même. Durant tout ce temps, j'ai toujours eu des amis ne vous inquiétez pas, mais il faut croire que je suis une bonne actrice puisque personne n'a jamais rien vu, de même du côté de la famille. Je crois que je regrette de ne pas m'être un peu plus ouverte, de pas avoir profiter de mon innocence et de ces années où, mine de rien, la vie était tranquille. Il aurait peut-être suffit de parler lorsque les choses ont commencé à être trop dures à vivre. Je ne sais pas.
D'un autre côté, je me dis que c'est aussi ma personnalité, je ne suis pas quelqu'un d'exubérant, il faut regarder les choses en face. Je ne peux pas changer ma personnalité mais je l'accepte un petit peu plus chaque jour. J'arrive à m'éloigner petit à petit de cet Idéal que j'aurais voulu être. Les gens parfaits n'existent pas, on a tous un petit quelque chose qui fait que nous ne sommes pas tout à fait heureux. Le chemin de l'acceptation est encore bien long et très rugueux mais je suis déterminée à faire des efforts. Je dois avancer, je dois vivre. 


La nouvelle année qui s'annonce est une bonne perche que l'on me tend. J'ai peur de ne pas réussir à la saisir comme il le faudrait. J'ai peur de commettre les mêmes erreurs et de ne pas être la hauteur.

Serai-je capable de supporter ces choses à nouveau ? J'ai peur que cela soit la goutte qui fasse déborder mon vase...

En définitive, j'ai passé ma pré-adolescence et mon adolescence à me remettre sans cesse à question, à penser que je n'étais jamais à la hauteur, à douter et à ressasser le passé et j'ai honte de n'avoir strictement rien vécu. Il est grand temps de sortir de cette bulle. 

17 commentaires

  1. Je te souhaite un merveilleux anniversaire !

    RépondreSupprimer
  2. &ton bac alors ? tu avais dit que tu me préviendrais..

    RépondreSupprimer
  3. Je ne pense pas que tu sois différente comme tu le soutiens. Tu ne correspondais juste pas au milieu de ton collège. Pareil pour moi. En arrivant au lycée, je me suis finalement aperçue que j'étais, et que C'ETAIT normal d'écouter du rock et d'avoir de bonnes notes.

    En fin de compte, la normalité n'existe pas, il n'y a que des différences de milieu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'étais très différente des gens de mon collège mais à l'époque où je ne connaissais que "ce genre de personnes", j'ai eu le sentiment d'être totalement différente. Je pense que cette sensation est restée même si je sais qu'objectivement, je suis comme tout le monde !

      Supprimer
  4. FELICITATIONS !! Tu as eu de super notes ! :D
    Pour les maths, j'ai de très bonnes notes en général ( j'ai toujours entre 18 et 20 aux contrôles ). Après pour le bac j'ai refait tous mes exercices, j'ai bien rédigé etc et j'ai eu tout bon au final ! ( le sujet était plutôt simple cette année, j'ai eu de la chance ! ).
    :)
    ___
    Déjà bon anniversaire à toi ! 18 ans, ça se fête, j'imagine. Même si ça change pas grand chose, finalement.
    Eh ben bravo ! j'espère en faire autant pour mon BAC dans trois ans ;)
    strawberryav

    RépondreSupprimer
  5. Oh bonsoir! Je viens en toute inconnue mais il me semble pourtant que nous avons déjà échangé sur une autre plateforme, à savoir laquelle, j'ne sais pas. Je m'appelle Charlie (du moins c'est mon pseudonyme depuis des mois, et ce depuis si longtemps que je ne les compte plus) et ben, que dire ? Ton écriture m'éblouit, m'inspire. Il arrive qu'on tombe sur des personnes comme ça, qui, rien qu'en racontant leur vie et leurs peines, parviennent à charmer et c'est juste dingue. Je t'ai déjà lue il y a longtemps, et réaliser que ça fait maintenant un an, ce blog, c'est fou.

    Enfin bref, je passe juste pour dire que ça m'a donné d'aborder certains sujets, et que je vais essayer de rattraper mon énorme retard en lisant pas mal de tes articles cette nuit. Et puis, bien qu'on ne se connaisse pas, et que tu vas être flattée du message (si tu le lis) sans pour autant avoir envie d'y/des choses à dire pour y répondre, j'ai eu envie de laisser une trace de ma passage parce que ça suffit d'être un fantôme.

    RépondreSupprimer
  6. Ton texte m'a énormément touché. Même si nous n'avons certainement pas la même histoire, nous avons beaucoup de sentiments communs. J'aurai presque pu écrire ce texte. Je te suis depuis un bon petit moment maintenant et je crois que c'est le texte qui m'a le plus touché. C'est d'ailleurs pour ça que j'ai décidé de le commenter. Ne baisse surtout pas les bras. Comme tu l'as si bien dit, tu dois avancer, tu dois vivre. Et ça, personne ne pourra le faire à ta place. Il faut faire abstraction des autres et vivre pour soi. Plus facile à dire qu'à faire mais c'est la seule solution.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca me fait plaisir que tu aies commenté mon article, je veux dire que ce genre de commentaire est toujours très agréable à lire. Je te remercie aussi pour tes conseils, en effet le but est de commencer à vivre pour soi en faisant abstraction du reste. Je vais faire de mon mieux pour atteindre cet objectif, même si je pense qu'il faudra beaucoup de travail et de temps.
      Je te souhaite aussi beaucoup de courage puisque tu sembles ressentir le même genre de choses que moi, donc ces conseils s'appliquent aussi pour toi. Tiens bon !
      Merci encore, et à bientôt, j'espère <3

      Supprimer
  7. Oh mon dieu, est-ce que je t'ai dit à quel point le tien m'a fait plaisir? Et puis une réponse si rapide, c'est surprenant.
    Oui je me rappelle de ton blog! Maintenant que tu le dis, je sais que c'était sur skyblog, il même semble qu'il s'appelait TinhyJOURNAL, quelque chose du genre. J'étais déçue quand je l'ai vu vide ! Enfin bref, oui tu devrais essayer d'écrire la nuit, parce le calme, la solitude et l'apaisement qu'on ressent peut aider à écrire, même si j'avoue que cette nuit je l'ai pas pondu grand chose. Je suis une véritable nocturne, la preuve je viens de me réveiller, mais après tout dépend de tes possibilités à rester éveillée, toussa, parce qu'à une certaine on commence à délirer et faire des fautes genre... atroces. Pas belles à voir. (Je l'avoue, bon, aucune n'est belle à voir.)

    Sinon ben merci pour tous ces compliments mdr! Je suis séduite, vraiment.
    Comme tu l'as dit c'est moi qui suis venue. (et je compte revenir encore)

    Merciiiii encore.

    RépondreSupprimer
  8. Et hmmmmmm. Bon anniversaire -très en retard-.
    Puis bravo pour ta mention!

    RépondreSupprimer
  9. Bon autrement, depuis ton commentaire j'ai cherché le nom de mon blog mais en m'en souviens pas.
    J'en ai eu des tas depuis, hein, donc...
    Schweigend te dit peut-être quelque chose ? Insidieusement, peut-être ? Dreariness ?

    RépondreSupprimer
  10. Oh je regarde de tout! Cinématographiquement je ne suis pas difficile, pas du tout, sauf les trop vieux films ou les trucs barbants. J'aime bien les reportages aussi! et les émissions genre "les 100 histoires les incroyables" itout. T'as déjà entendu parler de Messmer, le canadien ?
    Oui, ben ça devait être celui-là alors ! J'ai retrouvé ton blog d'ailleurs. 8D

    RépondreSupprimer
  11. Emma Stone elle est super jolie, belle, et naturelle. Et drôle.

    Ok, c'est mon modèle du moment.

    RépondreSupprimer
  12. C'est un reportage très drôle (non sans rire j'ai pleuré de rire, et ma mère a frôlé le pipi-dans-la-culotte, on n'en pouvait plus) sur un canadien qui parvient (si si, c'est vrai) à faire intervenir le subconscient des gens, ainsi il les hypnotise, leur fait croire des trucs délirants, et c'est hallucinant. Au début j'y croyais pas, je suis assez sceptique sur ces genres de choses, mais à la fin c'était terrible ! Si je retrouve le lien, que ça t'intéresse et que tu as du temps à tuer, je te le donne.
    Et non je n'ai pas vu ce film ! Je vais essayer de le trouver, pour le regarder. ;)

    RépondreSupprimer
  13. http://www.messmer.ca/

    Y avait eu un reportage d'une chaîne française genre M6 ou TF1, je sais pas si je peux la retrouver. Si oui, promis je te la donne !

    RépondreSupprimer
  14. On a beau dire, les anniversaires sont toujours le moment de dresser un bilan. Le seul souci c'est qu'on se rappelle bien plus facilement de ce qui a été douloureux plutôt que des moments heureux. Je pense que l'être humain est fait comme ça malheureusement...

    RépondreSupprimer
  15. as-tu été gatée au moins ? :)

    RépondreSupprimer

N'oubliez pas de signer vos commentaire et de repasser si vous souhaitez lire ma réponse.
Merci ♥