Premier cours en fac. Premières impressions.

Tout d'abord, j'aimerais dire que mon premier cours en fac a été très intense. J'ai débarqué dans la salle avec une tête dans le cul mémorable due cette heure de transport en commun qui m'a abruti au maximum. Premier constat : plus de place. En réalité si, il y avait de la place, mais ce sont ces places que les gens laissent entre eux par pudeur, lorsqu'ils ne se connaissent pas. Tu connais cette place ? C'est la même que celle que l'on retrouve au cinéma et qui nous empêche de pouvoir s'asseoir avec ces amis. 
A moi donc cette dite place, à moi ces gens à qui j'ai dû demander de se lever pour pouvoir atteindre cette chaise sur laquelle j'ai péniblement posé mes fesses pendant cette heure et demie.
Le second problème qui se présenta alors : les bancs de la fac. Je pensais que c'était une sorte mythe pas très fondé, mais au final il se trouve être vrai : les bancs de la fac sont un supplice.

Premièrement, mon espace vital n'est plus. Moi qui ait sans cesse la bougeotte, j'ai exactement une dizaine de centimètres sur ma gauche et sur ma droite pour le faire. Il ne faut clairement pas être claustro ( raté pour moi qui le suit légèrement sur les bords ). Le même constat avec les tables : une feuille + une trousse ne tiennent pas. Etant donné que; comme beaucoup de monde, je penche ma feuille pour écrire : ma trousse me gène. Je la pose donc sur ma gauche : elle gène la personne à côté de moi. Tant pis, je la pose sur mon sac que j'ai préalablement dû poser sur mes genoux parce que mes voisines avaient anticipé les choses et ma chaise était cernée de sacs.
Note pour plus tard #1 : penser à élaborer une stratégie.

Le cours commence, le prof a un débit de parole pire que le mien ( qui a osé se plaindre que je parlais trop vite ?! ). Je note tout ce que je peux avant qu'il passe à la diapo suivante sur le rétroprojecteur.
Note pour plus tard #2 : ne jamais quitter la diapo des yeux sous peine de connaître les revers du fait de copier bêtement : "Ah mince, mais ça veut rien dire ce que j'ai écrit ! Ah mince, le prof a sûrement dû changer la diapo sans que je ne m'en rende compte !" ( on se sent très intelligent après ça ). Viens aussi le "Bon ben tant pis" du moment où tu n'as pas eu le temps de terminer ta phrase. Voilà, tant pis. Espérons que ce n'était pas important. Merci tout de même à Wikipedia qui m'a aidé à combler les blancs ( au final, je m'en suis pas trop mal sortie ! ). 

Evidemment, avec toutes ces formules mathématiques, j'ai eu chaud puisque je n'avais pas enlevé ma veste. Viens alors le dilemme : enlever ma veste ou ne pas l'enlever ?
Réfléchissons :
Enlever ma veste implique d'arrêter d'écrire et rater encore un bout du cours supplémentaire
+ gêner les gens autour et risquer de leur donner un coup de poing sans faire exprès ( ou pas, hunhun ) étant donné que retirer sa veste dans moins d'un mètre carré, ce n'est clairement pas possible
+ gêner les gens derrière qui ne verront plus rien
soit = se faire des ennemis le premier jour.

Bien que très tentant, j'ai préféré m'abstenir. J'ai donc gardé ma veste et j'ai eu très chaud.
Note pour plus tard #3 : enlever sa veste au début du cours.

Ce qui m'a ensuite dérangée, ce sont les chaises. Les chaises ne sont pas "mobile" puisque se ne sont pas des chaises mais des strapontins ( j'ai appris ce mot en prenant dans le train, lorsque le désespoir a fait que j'ai lu le mot qui dit qu'il ne faut pas les déplier quand il y a trop de monde ). Le problème avec les strapontins, c'est que vu qu'on a tous des gabaries différent, il y a un mètre entre mon corps et ma table, ce qui est très problématique. 

Deux choix s'opposent alors : 
°Je m’assois du bout des fesses pour atteindre la table mais je n'ai alors plus de place pour mes jambes et ce n'est donc pas très confortable. 
°Je décide de coller mon dos au dossier mais je suis alors obligée de me plier en deux pour pouvoir écrire : pas très confortable non plus. 
Donc j'alterne péniblement ces deux positions en prenant évidemment le soin de changer toutes les cinq minutes pour faire chier tout le monde bien comme il faut. A la fin du cours j'ai mal au dos et je ne sens plus mes fesses. Et pour couronner le tout, je souffre parce que je fais aussi partie de ces gens qui ne savent pas tenir leur tête et qui sont obligés de la tenir/ la poser sur la table sauf que J'AI PAS ASSEZ DE PLACE.


Bon, plus sérieusement, j'ai le sentiment que les cours ne sont pas fait pour comprendre et pour apprendre, mais pour noter. Réussir à tout noter est déjà une très bonne chose qui n'est pas à la portée de tout le monde des gens comme moi, mais comprendre devient alors quelque chose de très flou et quasiment inaccessible pour le moment. Le fameux "1 heure d'amphi = 2 heures de travail à la maison" se justifie donc. 
Il est très loin ce temps où j'écrivais mon cours affalée sur ma table et où j'avais le temps de discuter avec mes voisins...
Néanmoins, j'ai la sensation que mes cours vont me rendre très active intellectuellement parlant, et cela me ravie ( pour l'instant ). Je vais devoir dire au revoir à ma fainéantise.




[ J'essayerais de faire un edit de cet article après une semaine de cours pour vous donner un avis un peu plus objectif ]

9 commentaires

  1. Ah j'adore lire ou entendre les impressions concernant la fac, il faut vraiment que je fasse un article comme le tiens. Demain surement :)

    RépondreSupprimer
  2. Ah ce réflexe en première année d'essayer de tout noter. Il faut surtout essayer de noter le principal (même si on a l'impression que tout est important : non), après on prend l'habitude, notre écriture se dégrade et devient de plus en plus moche, on développe des codes pour pas écrire des mots en entier. T'inquiète, ça va venir.

    RépondreSupprimer
  3. Ah, toi aussi tu as eu ce type de réflexion sur la veste (et les sièges, putain, les sièges)!

    RépondreSupprimer
  4. Je suis completement d'accord, les amphis sont totalement inconfortables!

    RépondreSupprimer
  5. J'ai sûrement raté l'info, mais tu fais une fac de quoi déjà ?
    Sinon j'ai adoré cet article, tu donnes des impressions avec justesse et humour, j'ai hâte de savoir comment vont se passer tes prochaines cours !

    RépondreSupprimer
  6. Je me reconnais bien dans quand tu parle des bancs dans les amphi. Mais enfait je pense qu'on a tous la meme impression par rapport à ca. Au debut des cours les amphis sont blindés mais tu veras dans deux trois semaines tu pourras t'etaler à ton aise, il y en aura pleins qui ne viendront plus.

    RépondreSupprimer
  7. Oh ça me rappelle ma rentrée en L1 ! Et le fait que l'amphi va se vider, c'est pas un mythe ;) courage faut juste persévérer et les techniques de "survie" en amphi vont venir :P

    RépondreSupprimer
  8. Tu commences les cours à quelle heure et tu les finis à quelle heure ?

    RépondreSupprimer
  9. Je comprends pas, comment ça se fait que ton amphi soit blindé alors que tu es censée être dans une filière sélective ?

    RépondreSupprimer

N'oubliez pas de signer vos commentaire et de repasser si vous souhaitez lire ma réponse.
Merci ♥