Chercher la lune.

Il y a ces jours où je retrouve de la motivation, de l'inspiration. Alors je quitte mon lit, je mets de l'ordre de ma chambre et dans ma tête. J'ouvre les volets, je retire la poussière de sous mon lit et je fais du tri. Je jette les choses superflues, ces choses que j'accumule par précaution, juste au cas où j'en aurais besoin un jour. Je veux repartir plus légère, sans poids qui me tire vers l'arrière. Je vais faire un tour dans la cuisine pour manger quelque chose de sain, quelque chose qui a été cuisiné sur une plaque et qui a un minimum de goût. J'essaye de savourer. Ensuite, je coiffe mes cheveux et  je tente de dissimuler les ravages que la fatigue et la tristesse ont fait à mon visage. Je me regarde dans le miroir et je me promets de faire quelque chose pour m'en sortir, de parler à quelqu'un. Alors je fais une liste. 
Je fais toujours des listes. Je décide des choses que je dois impérativement faire dans la journée. J'y écris les bonnes choses comme les plus contraignantes et je les alterne. Je suis toujours ambitieuse au moment où je les rédige, mais j'essaye de faire de mon mieux pour la compléter au maximum. Les rares fois où j'y parviens, je suis contente, je suis satisfaite. C'est une petite victoire personnelle parce que j'ai le sentiment d'avoir fait quelque chose de ma journée, de ne pas l'avoir perdue bêtement.

Je me rends compte que la vie est une sorte de succession de pleins de petites listes telles que celle que j'ai crée ce matin. Elles durent plus ou moins longtemps, elles visent plus ou moins le long terme. Il y a en effet celle que je dresse chaque jour ou chaque weekend et celle que je dresserai lorsque je me déciderai enfin à réviser mes partiels.
Il y a celles que je dresse plus fictivement : celle que je fais inconsciemment chaque année, mes sortes de résolutions refoulées :

- Réussir mon année.
- Reprendre goût au travail.
- Donner un sens à mon existence.
- Trouver quelqu'un qui puisse me redonner de l'espoir.
- Parler enfin. 
- Etre heureuse. 

Et enfin, il y a la checklist de la vie, celle qu'on ose un peu moins exposer. Celle que l'on met dans un coin de notre tête de peur de constater qu'on s'en éloigne un peu plus chaque jour. Un Idéal presque semblable à tous et où finalement, on ne demande pas tellement la lune... 

Pourquoi me parait-il alors si inatteignable ?


" Et puis un jour, un type me demandera en mariage. Il sera plutôt gentil et ça rendra mes parents heureux. La première année, on fera l’amour tout le temps. La deuxième et la troisième de moins en moins. Et, quand on commencera à en avoir marre l’un de l’autre, je tomberai enceinte. S’occuper des enfants, conserver son emploi, payer le crédit de la maison, ça nous permettra de maintenir l’équilibre pendant quelque temps... Et pour finir, au bout d’une dizaine d’années, il aura une aventure parce j’aurai été trop occupée et trop fatiguée. Un jour, je l’apprendrai. J’menacerai de le tuer, de tuer sa maîtresse, de me tuer. On tournera la page, et puis quelque années plus tard, il recommencera. Mais cette fois, je ferai semblant de ne rien savoir parce qu’en fin de compte ça ne vaudra pas la peine de faire des histoires. Et je vivrai le restant de mes jours en espérant parfois que mes enfants pourront avoir la vie que je n’ai pas eue. Tout en étant rassurée de savoir que eux aussi reproduiront le même schéma... " - Veronika décide de mourir. 



13 commentaires

  1. Quand tu as parlé des listes, sa m'a fait pensé au film "ma première fois" (no comment, on a pas tous une grande culture cinématographique, hé ho!). Je remarque que j'en fait de plus en plus des listes. Dans ma tête, je me récapitule point par point les choses impératives à faire -court ou longs termes-, et celles qui me bottent!
    Bref, j'ai aussi remarqué que j'ose de + en + réagir à tes articles (et c'est pas forcément une bonne chose, je te plains !! ), peut être parce qu'ils me parlent, que je me dis que je ne suis pas la seule à avoir des petits riens débiles, des petites manies, des doutes et des angoisses... Bref, juste pour te remercier, c'est toujours un plaisir de te lire, et cerise sur le gâteau, ton écriture est hyper agréable!
    Bonne reprise :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahah je n'ai pas vu "Ma première fois", mais j'en ai entendu parlé ! ( mais on va dire que je m'abstiens de faire des commentaires :p ).

      Ca me fait toujours très plaisir de lire des réactions à mes articles, donc n'hésite pas à redonner de tes nouvelles !

      En tout cas, c'est moi qui te remercie de tout coeur <3.
      A bientôt j'espère :)

      Supprimer
  2. "parler enfin" ca veux dire quoi? àvec qui tu veux parler? avec un psychologue?
    bonne nouvelle annéé avec pleins de joies et de réussites (personellement et à l'université)
    ta nicole

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Nicole ! C'est vrai que "parler enfin", c'est pas très français. Je voulais dire que je voulais parler une bonne fois pour toute, vu que cela fait depuis très longtemps que je garde tout pour moi.
      Je ne sais pas trop à qui parler, je ne me sens pas encore d'attaque pour parler à quelqu'un que je connais, donc oui, un psychologue, pourquoi pas. Il faut juste que j'ose, ce qui n'est pas gagné d'avance.

      Je te souhaite aussi une excellente année ! Merci <3

      Supprimer
  3. C'est bien toutes ces bonnes résolutions :) *

    RépondreSupprimer
  4. Salut Tinhy,
    tu ne me connais pas, et à vrai dire moi je ne te connais qu'à travers tes textes sur ce blog. Je sais juste que nous avons le même âge.
    Je suis tombée sur ton blog il y a quelques mois. A vrai dire, je n'ai pas lu ton blog en entier, pas parce que je ne voulais pas mais uniquement par manque de temps. Un jour je commencerais depuis le début, et je lirais tout ce que tu as écrit. Je ne t'ai jamais laissé de commentaire jusqu'à aujourd'hui car je ne savais pas quoi dire à vrai dire. Et je ne sais pas pourquoi je me lance aujourd'hui. Tu m'as touché, parce que tout ce que tu as écris me rappelle des choses passées. Comme toi, pendant très longtemps, j'ai eu cette impression de vide, de vide dans ma vie mais surtout de vide intérieur. Cette impression que rien ne va, que je ne m'en sortirais pas. Mes parents ne me comprenaient pas, mes ''amis'' encore moins, les mecs n'en parlons pas. Je ne peux pas dire que je te comprends à 100% parce que déjà je ne te connais pas, et surtout parce qu'on a pas vécu exactement les mêmes choses, chacun son passé comme on dit. Si je t'écris aujourd'hui c'est pour te dire que tu vas t'en sortir. Je ne sais pas quand, je ne sais pas comment, mais tu t'en sortiras.
    La preuve : aujourd'hui la relation avec mes parents s'est améliorée. Mes parents ne sont pas ta mère, certes, mais tu verras qu'un jour ça ira mieux. J'ai éliminé les gens « néfastes » de mon existence, et j'ai trouvé de vrais amis, des gens ''biens''. J'ai même trouvé un mec, pas parfait mais qui est extraordinaire. Je fais des études très difficiles, où j'ai l'impression que je ne réussirais jamais, mais je prends du recul, je positivise.
    Si moi je m'en suis sorti, pourquoi pas toi ? Encore une fois, je ne te connais pas, mais tu as l'air de quelqu'un de très intelligent et qui a les pieds sur terre. Tu verras que peut importe ce qu'il se passe, tout va s'améliorer peu à peu. Mais pour ça, tu dois rester positive. En toutes circonstances. Je sais c'est facile à dire, mais c'est LA solution. La vie n'est pas facile, mais tu verras le bout du tuel, je t'assure.
    Je ne sais pas si mon commentaire aura pu t'aider, mais je l'espère vraiment.
    Je n'ai pas de blog, mais je reviendrais voir ici si tu m'as répondu.
    Sur ce, je souhaite, du fond du cœur, que ta liste se réalisera. Je te souhaite aussi une excellente année 2013.
    Julie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh Julie, je crois que je ne pourrais jamais te remercier assez pour ce commentaire !
      J'ai été profondément touchée car, comme tu l'as dit, on ne se connait pas et pourtant, tu m'as "tendue la main". Je ne trouve juste pas les mots pour exprimer ce que je ressens, je suis juste extrêmement émue, vraiment...


      Je me suis aussi rendue compte des biens faits du positivisme mais malheureusement, j'ai du mal à l'appliquer sur la durée. En ce moment, j'ai repris un peu du poil de la bête et je me dis que oui, mes études sont difficiles, mais que ce n'est pas une raison pour renoncer. La victoire sera justement plus belle. Certes, il va falloir travailler davantage, mais n'est-ce pas le prix à payer pour réussir ?

      J'espère que je saurais suivre tes pas et je suis contente que les choses se soient améliorées pour toi. Tu l'avais sûrement beaucoup mérité, donc je vais attendre sagement mon tour.

      Merci encore beaucoup-beaucoup. Je te souhaite également une excellente année <3. A bientôt.

      Supprimer
  5. Tu as tout à fait raison, si tu as travaillé et que tu réussis, tu n'en seras que plus fière!
    Mais si tu ne réussis pas (même si je ne doute pas de ta réussite) tu n'auras pas de regrets à avoir car tu auras beaucoup travaillé et l'échec n'est jamais une fatalité, loin de là!
    Ton tour arrivera, j'en suis sûre. Je ne le méritais pas plus que toi. Tout le monde a le droit d'être heureux, je te l'assure.

    Tu n'as pas à me remercier, je n'ai pas fait grand chose. J'espère juste t'avoir donné un petit peu d'espoir pour te donner la force d'avancer et de t'en sortir.
    Si tu as besoin de parler, de te confier je te donne mon adresse mail: gueveljulie@hotmail.fr.
    Mais je comprendrais que tu ne veuilles pas te confier à une inconnue, mais n'hésite pas si tu en ressens le besoin.
    Je te souhaite un bon week-end ! Garde le moral, bisous! <3
    Julie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci encore Julie, je t'envoie un mail tout de suite afin que tu aies aussi ton adresse et de même, si tu as envie de parler, n'hésites pas. Je me "plains" beaucoup mais j'aime aussi écouter les autres.

      PS : tu veux que je supprime ton commentaire afin de ne pas "éparpiller" ton adresse mail ?

      A bientôt.

      Supprimer
    2. Non tu peux le laisser, si j'ai des problèmes par rapport à ça je t'en parlerais et je te demanderais de le supprimer mais je ne pense pas! Merci ;)
      Julie.

      Supprimer
  6. Bonsoir, (bonjour peut-être)
    Je viens de lire le commentaire précédent et je me rends compte que je ne suis pas la seule que tu touches, ni la seule qui se reconnait dans tes textes, ni la seule qui est tombée sur ton blog par hasard, bref tu vois c'que j'veux dire.
    Je suis tombée sur ton blog il y a environ 3/4 mois, j'ai toujours lu tes textes depuis le moment où je suis arrivée. Pas toujours régulierement, mais toujours entierement. Et à chaque fois, enfin plutot presque à chaque fois, j'ai eu les larmes aux yeux. Je ne sais pas trop pourquoi. Peut-être que justement je sais bien trop pourquoi. Je me retrouve dans ta façon de penser, dans certaines douleurs enfouies, toutes ces choses qui nous encombrent et qu'on ne dit pas, qu'on ne s'avoue même pas à soi, etc...
    La peur de ne pas réussir, la peur de ne rien faire de sa vie, toutes ces angoisses.
    Le fait de ne pas être dans le délire "boite de nuit" aussi! Et j'en passe...
    Je suis un peu plus jeune que toi, je n'ai donc pas encore à affronter la vie sur les bancs de la fac, mais ça ne saurait tarder. Je ne vais pas m'étaler plus longtemps sur mon cas personnel.
    Je voudrais simplement te remercier pour ces petits bouts de vie, de craintes, d'espoir, d'envies, d'avis que tu partages ici. Ça fait du bien de voir que je ne suis pas la seule, à avoir peur, et à ne pas savoir parler d'un côté. D'un autre je te souhaite de pouvoir te libérer le plus tôt possible. Je te souhaite aussi de t'épanouir, dans ta vie personelle, dans tes études, et dans tes choix (s'épanouir dans ses choix? Je ne suis pas sure que ça veuille dire quelque chose mais je tente!)
    J'espère que tout iras de mieux en mieux, que tu passeras des bonnes journée à la fac (ça sonne peut être bizarre cette phrase...), le plus important c'est de positiver. Chaque jour est un nouveau jour, de nouvelles opportunités, même si elles ne sont pas toujours visible. S'émerveiller d'un rayon de soleil, d'un nuage qui a une jolie forme, du sourire d'un inconnu, d'un gentil texto, etc... Aussi idiot et futile que cela puisse paraitre, ça peut faire du bien.
    Je te souhaite toute la réussite possible, bon courage pour les partiels, et puis pour tous les jours de la semaine, dans les transports, le matin, le soir, bon courage pour tout.
    Je m'excuse, j'ai du mal à rester sur une idée précise, je divague, je passe du coq à l'âne (vraie expression de bg) je m'arrête donc là, en esperant ne pas avoir pris trop de ton temps, bonne année, le meilleur!

    Amel

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Amel.
      Sache que bon nombre de commentaire dont le tien m'ont également mis les larmes aux yeux. Je te remercie énormément d'avoir pris le temps de m'écrire ce commentaire car ils me permettent aussi de voir que je ne suis pas seule à vivre ce que je ressens. Lorsque j'écris mes textes, j'ai un peu cette sorte de mini stress qui fait que j'ai peur de la façon dont mes textes vont être interprétés. On ne sait jamais ce que les gens vont en penser...

      J'espère de tout coeur que les choses s'amélioreront aussi pour toi. Tu sembles être au lycée donc je te souhaite plein de courage pour ton bac ou tes exams plus généralement. Profite bien de tous les conseils qu'on pourra te donner ( si tu as des questions à ce sujet, n'hésite pas ! ). Ne perds jamais confiance en toi.
      J'espère aussi que tu ne gardes pas toutes ces craintes pour toi et que tu as trouvé une oreille attentive ou un échappatoire.

      Enfin, je te souhaite encore plein de courage pour toutes les étapes que tu t'apprêtes à franchir. J'espère que tu as trouvé/trouveras ta voie. Je suis passée par là et je sais que c'est pas mal stressant.

      Passe une excellente année et merci encore.
      A bientôt <3

      Supprimer

N'oubliez pas de signer vos commentaire et de repasser si vous souhaitez lire ma réponse.
Merci ♥