What movies taught me about love

( article sponsorisé par Jenna Marbles ).

N'ayant pas réellement vécu dans un foyer débordant d'amour papa/maman et de pétales de roses, je peux en effet dire que j'ai construit ma théorie sur l'amour à partir du cinéma. Ca peut paraître romantique et mignon au premier abord, mais on se rend vite compte que, finalement, c'est sûrement une des raisons à mettre au top de ma liste intitulée "Pourquoi je suis seule aujourd'hui" ( liste que je n'étalerai évidemment pas ici....... ).

Je pense tout d'abord que les filles ont une sorte de gène spécial qui fait qu'elles sont particulièrement sensibles aux films cucu et surtout aux adaptations de Nicholas Sparks. Dans mon expérience personnelle d'histoires à l'eau de rose, je suis quand même allée très loin : j'ai lu un bouquin de Nicholas Sparks et ai pratiquement vu toutes ses adaptations ( oui, même The Last Song, avec Miley Cyrus, navrée de devoir vous avouer cela... ).

Le truc c'est que je peux pas me retenir. Je lis un synopsis tragique, je sais que je vais finir en pleurs à la fin du film et que je vais déprimer en me disant que je serai forever alone. Pourtant c'est plus fort que moi et vous connaissez la suite.


What movies taught me about love ?
- L'amour impossible est toujours possible. Même si tu es la fille la plus anonyme de ton lycée et que c'est le meneur de jeu de l'équipe de basket. Parce que même si tu n'es pas du tout populaire et que tu n'es pas pom-pom girl, ce sera toi qu'il aimera.
- Même si tu es une fille pauvre et que c'est un garçon des beaux quartiers, même si ses parents te détestent et feront tout pour vous séparer. Il lâchera tout et viendra habiter avec toi dans ton beau cabanon.
- L'amour éternel "jusqu'à ce que la mort nous sépare" existe ( même si tu as l'Alzheimer et que tu ne reconnais plus ton mari ). 
- Il y a 99.9999% de chance que l'Homme de ta vie avec qui tu finiras tes jours se trouve dans ton lycée, dans ta classe et dans la rangée juste derrière toi ( étant dans le supérieur, je commence à flipper un peu ). 
- Si tu rates ton âme soeur parce que tu n'as pas su bien regarder, vous vous retrouverez quelques années plus tard et ce sera le coup de foudre que vous n'avez pas su voir auparavant. 
- Epouse le mec qui t'invitera à ton bal de promo ( mais que si vous êtes élus roi et reine )
- Faire particulièrement attention aux mecs qui viennent d'emménager près de chez toi ou au fils de tes voisins. 

Bref, la vérité c'est que j'ai aujourd'hui une vision totalement brouillée des choses. Non, un charmant garçon sorti de nulle part n'aura pas un coup de foudre pour mes jolis yeux et ne m'abordera pas dans l'immédiat par peur de ne plus jamais me voir. Non ce beau garçon n'aimera pas la fille à problème que je suis et ne voudra pas absolument me redonner le sourire. Non ce beau garçon ne sera pas Ryan Gosling.
Ni Channing Tatum.
Ni Robert Pattinson.
Ni euh, le mec dans Le Temps d'un Automne.

Triste futur.


Le dernier film dans le genre que j'ai vu et qui a fait résonner pleins de choses tristes en moi, ce fut Blue Valentine. Très  beau film, très beau... personnage masculin ( RYAN GOSLING, MARRY ME ! ).
Ce qui fut différent dans ce film, c'est qu'ils nous ont montré tout le cucu qu'on voulait, le mec un peu bad boy qui est prêt à tout pour les beaux yeux de sa chère et tendre et tout ce qui va avec. Et ensuite, on revoit le couple plusieurs années après et la flamme qui s'est déjà éteinte... On voit le mari qui s'accroche à l'image de la jeune fille qu'il a connu et qui l'a aimé. C'était très touchant et très triste à la fois. J'ai eu particulièrement de mal à comprendre la femme, et je ne comprends toujours pas comment on peut rejeter Ryan Gosling. Il va falloir m'expliquer la chose...


-Deleted scene- ou comment sourire et pleurer bêtement pendant 3 minutes.





2 commentaires

  1. Mais justement, les Américains commencent enfin à s'inspirer de la réalité pour donner à voir les choses sous un autre angle de vue, voir plus profondes. Là, en l’occurrence, tu vois l'après, l'envers du décor de ton "happy ending", ce qui se passe après la déclaration, le premier baisé. L'envers c'est les années qui passent, la fatigue chronique, les allers et retours incessants dans le même espace sans même se voir, les mots inconscients. Je crois qu'un jour j'ai dit ici même, dans un très très vieux commentaire, que la majorité des histoires se terminaient toujours sur une inconscience qui remonte à la surface. On réalise peut être plus de chose à la longue. Des choses comme le fait que l'Homme a sans cesse besoin de se renouveler et qu'il aura constamment l'impression de s'enfermer volontairement dans des sentiments redondants jusqu'à ce qu'il décide d'y mettre fin. C'est beau dans le fond de voir l'évolution de deux personnes l'une sans l'autre. C'est une nouvelle vision, quelque chose de sincère qui, au final, est plus mélancolique que triste. C'est le début de la fin d'une histoire de personnes usés par les années qui vont tout de même défier le temps. Et c'est pour ça que j'ai énormément apprécié le fameux 500 days with Summer que tu as sûrement déjà vu. On apprend généralement qu'il ne faut pas dire de quelqu'un qui a été une erreur car, d'une manière ou d'une autre, il contribue et continue à contribuer à ce que nous sommes aujourd'hui. Nous sommes la somme de nos rencontres.

    Sinon mention spéciale pour l'Alzheimer haha et aussi pour le fait que je me suis dis: mais attends... merde moi aussi je suis dans le supérieure... Je connais même pas mes voisins de résidence universitaire c'est pour dire ! Je demande Casper vit en cité U à la barre : PRESENT ! J'dois être une apparition pour eux, l'espèce de dame blanche qui arpente les couloirs à 6H du mat et à 19H

    RépondreSupprimer
  2. " L'amour éternel "jusqu'à ce que la mort nous sépare" existe ( même si tu as l'Alzheimer et que tu ne reconnais plus ton mari ). "

    Oula ca sent les sessions larmes devant The Notebook ca :p

    RépondreSupprimer

N'oubliez pas de signer vos commentaire et de repasser si vous souhaitez lire ma réponse.
Merci ♥