We could be heroes just for one day

Je suis devenue une vraie parisienne et comme ultime preuve, je dirais simplement que je suis devenue une parisienne pressée qui marche vite et qui prend le métro. En effet, je cours lorsque je vois un train arriver, je me jette à travers les portes même quand elles sont sur le point de se refermer et je ne peux rester sagement sur une marche de l'escalator sans passer entre les gens pour aller plus vite. 

Ma vie est donc devenue une course contre la montre permanente pour avoir le train de 7h39 mais j'ai pu constater que j'ai un don particulier pour me faufiler entre les gens et pour les éviter telles des peaux de bananes que ceux qui sont plus rapides que moi s'amuseraient à me jeter.

En parlant de transports en commun, vous n'êtes pas censés savoir qu'ils provoquent quotidiennement chez moi un dilemme qui me torture à chaque fois que j'ose m'asseoir. 

Déjà, oui, je m'assois. Vous avez beau me dire que c'est crade, qu'on  ne sait pas qui s'est assis avant nous et j'en passe, mais le matin, je suis fatiguée et il n'y a que cela qui compte. Le soir, je suis aussi fatiguée et j'ai l'impression de peser à peu près 160 kg, donc j'ai besoin de poser mes fesses et de soulager mon dos ( j'ajoute aussi que j'assume moins mes presque 10cm de talons après sept heures de cours ). Quand il n'y a pas beaucoup de monde dans le wagon, ça ne pose pas de problème, par contre, lorsque je prends le train pendant les heures de pointes -soit presque tous les jours-, cela devient plus compliqué...

Premièrement, j'ai dû dire adieu à la gêne de s'asseoir à côté des inconnus ou pire, de m'asseoir dans la place du milieu, en sandwich entre DEUX inconnus. C'est généralement un moment assez gênant,  notamment lorsqu'il faut sortir et mettre ses fesses au même niveau que les yeux des gens. Le truc c'est, qu'avant cela, il faut déjà avoir une place et cela nécessite alors une rapidité extrême mais malheureusement, je manque souvent de réactivité. Pour la petite anecdote, j'étais un jour sur le point de poser mes fesses sur cette place vide, seulement, le temps que je commence à me baisser -dos de personne âgée, rappelez-vous- et bien la place avait déjà été prise. Genre la fille est sortie de nulle part. Elle doit pas connaitre la petite priorité qui existe sur les parkings, c'est-à-dire que lorsqu'une voiture sort de sa place, il y a généralement une autre voiture qui attend à côté et c'est donc la règle du premier arrivé, premier servi. C'est pareil dans les trains, on est sur un parking ma vieille et  j'étais là avant. BREF !

Le problème majeur qui m'affecte tout particulièrement, moi, éternelle polie ( sauf quand il s'agit d'histoires de parking ), c'est lorsqu'une personne plus ou moins âgée entre dans un wagon. Déjà, il faut savoir estimer l'âge de la personne et se demander si elle a ou non un âge assez avancé qui requiert qu'on lui cède sa place. Personnellement, je pense que je vivrais très mal le jour où on me cédera sa place dans le train donc il ne faut pas se gourer. Le pire, c'est estimer si une femme est vraiment enceinte ou non : gros gros risque. Je crois que c'est le truc qui m'angoisse le plus. Généralement, le temps que je finisse de débattre sur la possibilité que a) elle soit enceinte ou que b) elle vienne simplement de manger un menu maxi best-of, il est déjà temps de sortir du train. 

En fait, je crois que je préfère quand on me demande si je veux bien céder ma place. Quoique non. Mauvais souvenir qui remonte à la surface : je venais péniblement d'attraper une place un matin, le train était à l'arrêt et j'étais méga stressée parce que j'avais un DS donc j'étais en train de réviser avec mes bouquins sur les genoux. Là, une fille -et non une femme- entre dans le train et se dirige directement VERS MOI en me demandant A MOI qui suis occupée plutôt qu'aux hommes qui sont autour de moi ou tout simplement à toutes les autres personnes qui peuplent ce wagon, de lui céder ma place parce qu'elle est ""enceinte"". Sur le coup j'ai pas compris, j'étais en train de réviser mon cours de maths à 8h du matin, donc il ne faut généralement pas me demander plus. 
Je lui demande de répéter. Elle réitère alors sa demande. J'avais en fait bien compris. Je regarde son ventre, je vois une légère bosse comme lorsque je mange un menu maxi best-of. Comme je suis une fille polie, je me lève et je peste intérieurement sur elle pendant tout le chemin pendant toute la journée ( et j'ai dû arrêter de réviser parce que c'est difficilement faisable lorsqu'on est debout ). 
Bilan : je hais les gens qui profitent du système, il faut quand même pas pousser. Si t'étais vraiment enceinte ( d'environ une semaine alors ), je te souhaite plein de courage pour les 9 mois restants si tu n'es déjà plus capable de rester debout dix minutes. De rien. 

Pour conclure cet article sur une note un peu plus positive, je dirais simplement que je suis en vacances, mais surtout, que j'ai validé mon semestre ( hihihihihihihihihi ). 


The Perks of Being a Wallflower fait officiellement parti de mes films préférés 


PS : j'ai retiré mon article sur la fac parce que je me rends compte qu'en réalité, il fait plus peur qu'il n'aide. 

8 commentaires

  1. Bravo pour ton semestre ! :)

    RépondreSupprimer
  2. Haha j'avais bien aimé lire ton article sur la fac quand même ;)
    Félicitations pour ton semestre!
    Ne prenant jamais le métro (tout simplement parce que j'habite dans une ville de province un peu à la ramasse, genre on attend le funiculaire depuis 6 ans ...), je ne peux que compatir sans débattre :p

    RépondreSupprimer
  3. Bravo pour ton semestre!

    J'ai ri pour l'estimation de l'âge et de la grossesse. Tellement vrai.

    RépondreSupprimer
  4. Quelle courageuse tu es ! Je te dois tout mon respect, aha.

    Finalement, je me sens moins seule dans le contexte cité de la personne âgée. C'est l'une de mes plus grandes angoisses, pour tout dire (bus). Surtout que je prends des transports en communs que très rarement.. De plus, j'ai aussi connu ce genre de situation dans laquelle des personnes exploitent du "système de savoir-vivre". À croire qu'elles ne le connaissent pas.. Il n'y a pas plus agaçant que ça, notamment lorsque tu es pressée. Mais, la civilité avant tout. Il faut malheureusement s'y faire.. (tiens bon, et que la bravoure soit avec toi !).

    Oh.. et, je te tire mon chapeau pour ton semestre (Bravo !).

    (The Perks of Being a Wallflower : Mon Dieu, quel film.. J'en ai d'ailleurs pleuré -sensibilité littérale-, il est tellement touchant (notamment le protagoniste). Je crois qu'il commence aussi à faire parti de mes films favoris. ♡).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci No !
      J'avoue aussi que j'ai BEAUCOUP pleuré dans The Perks of Being a Wallflower, il est juste génial comme film : drôle et extrêmement touchant à la fois <3.

      A bientôt :)

      Supprimer
  5. Ahh bah tu vois que tu y arrives ! C'est le bon chemin !

    RépondreSupprimer
  6. Oh, mes félicitations pour ton semestre ! Tu es sur la bonne voie en fait. Puis The Perks of being a wallflower fait aussi partie de mes films favoris. J'ai même lu le livre en anglais, un délice.
    Et les soucis des transports en commun, ahlala, on connait presque tous ça. C'est limite capable de nous mettre dès le matin de mauvaise humeur.

    RépondreSupprimer

N'oubliez pas de signer vos commentaire et de repasser si vous souhaitez lire ma réponse.
Merci ♥