Jours fériés, sommeil et des jouets.



Cette semaine, je n'ai pas beaucoup dormi. Et quand je ne dors pas assez, je suis de très mauvaise humeur. Si vous prenez les transports sur Paris, vous avez peut-être pu me croiser. Si, sii, j'étais cette fille avec la tête vacillante et en train de pourrir sur son siège (peut-être avez-vous même hésité à me donner une petite pièce ?). 

Le seul truc qu'il y a eu de positif dans ma vie durant ces deux semaines, c'est qu'il y a eu deux jours fériés. Avant, je profitais de mes jours fériés pour sortir ou pour passer une journée dans mon lit à regarder des films. Aujourd'hui, lorsque l'on me dit qu'il y a un jour férié qui tombe en semaine, je me dis chouette, je vais pouvoir bosser. Voilà, triste vie d'étudiante.

J'ai donc passé les derniers jours fériés à travailler et à davantage essayer de rattraper mon retard que de m'avancer. En effet, nous entrons dans la période sombre des contrôles continus qui sont tellement rares dans le semestre qu'on a l'impression de jouer notre vie à chaque fois. Etant donné que je n'ai pas été livrée avec l'option zen attitude, hé bien je gère très mal mon stress. Pour faire court, disons que je suis un peu dans un mode panique perpétuel que je n'arrive pas à désenclencher. Avec toutes ces pathologies du quotidien, ma peau me le rends évidemment très bien. Je ne vais pas vous faire de dessin mais disons que j'ai couru à Lush pour acheter des produits que l'on m'avait conseillé. 

Bref, je tenais quand même à dire que le mois dernier, j'ai publié 15 articles, chose qui n'est jamais arrivé depuis la création de ce blog (je vous jure, vous pouvez même aller vérifier dans les archives si vous ne me croyez pas). En gros, je suis au taquet même si mon cerveau tourne à trois à l'heure. C'est à ne plus rien y comprendre. 

Sinon, j'ai enfin ressorti mon manteau du placard et vous savez ce que cela veut dire ? Noooooooël approche ! Tout doucement, certes, mais comme le temps passe à une vitesse éclaire en ce moment, je suis sure que lorsque je me réveillerais demain, on sera déjà rendus fin décembre. Je suis donc toute émoustillée. D'ailleurs, lorsque j'avais fait mon grand ménage de l'été, j'avais rassemblé pas mal de peluches de mon enfance. Ayant maintenant dix-neuf ans, je m'étais dit qu'il était temps de m'en séparer et j'avais trouvé comme excuse d'attendre Noël pour les donner à des collectes de jouets. Cela me fait penser à la fin de Toy Story 3 quand Andy donne ses jouets à une petite fille (je n'ai presque pas honte de dire que cela m'avait fait pleuré....) J'ai donc foi de penser qu'ils feront peut-être le bonheur d'autres enfants... 

A très vite.

2 commentaires

N'oubliez pas de signer vos commentaire et de repasser si vous souhaitez lire ma réponse.
Merci ♥