Le diktat de la boîte - Partie II.


En fouillant dans mes anciens articles, je suis retombée sur un qui avait eu pas mal de succès : "Le diktat de la boîte". Aujourd'hui, après presque un an, et maintenant que je suis une vraie jeune femme qui met des talons, je pense qu'il est temps de faire un petit update (vous remarquerez que j'ai publié l'article le 26 décembre, je n'ai moi-même pas tout compris. Je devais être en déprime post Noël). 

Reprenons le cheminement de l'article, si vous le voulez bien. 

Premièrement, par rapport à la garde robe, cela me pose toujours un problème. Aujourd'hui, je m'habille un peu moins comme une bonne soeur. Je dirais même que je montre de plus en plus mes jambes et que j'aime mes robes de tout mon coeur. En fait, je les aime énormément au point que je ne veux pas leur infliger le fait d'aller en boîte. Car oui, le problème de l'espace vital est toujours d'actualité et une de mes plus grosse peur est que quelqu'un me renverse une boisson sur la robe (et que la tâche reste à vie). J'ai en tête un soir où j'essayais de ma faufiler entre les gens et en sortant je me suis rendue compte que j'avais le bras mouillé de je ne sais quoi (Transpiration ? Alcool ? Que sais-je). 

Pour ce qui est de la musique, j'ai enfin réalisé que cela dépendait de l'endroit où on allait. Je pensais que j'étais une coincée incapable de bouger un peu son popotin, mais aujourd'hui, je dirais plutôt que je suis une coincée incapable de bouger un peu son popotin mais sur de la musique de merde (pour rester un petit peu polie). Bon, on ne change pas ses mauvaises habitudes en quelques mois mais disons que quand on aime la musique, c'est tout de suite un peu plus facile. 

Les relous, ce n'est malheureusement pas un mythe. J'ai en tête un "Sois mon cadeau d'anniversaire" que l'on m'a sorti un soir, mais disons que cela reste courtois, si je puis dire. 

Enfin, l'odeur est et restera toujours. On n'y peut rien. Même si on n'a plus le droit de fumer à l'intérieur des boîtes, je crois que c'est imprégné dans les murs. Il faut juste prendre l'habitude de brûler mettre ses fringues directement dans la machine à laver en rentrant. D'ailleurs, ma mère doit avoir une confiance inébranlable en moi parce que des fois, mes fringues sentent vraiment mauvais. Je suis surprise de n'avoir pour l'instant eu aucun interrogatoire... 

Finalement, on va dire que ce n'est pas si terrible que cela. Cependant, il faut toujours me tirer fort fort par la main pour que je traîne mon popotin jusqu'en boîte mais disons que ce n'est plus un supplice comme auparavant. Bon, après il ne faut pas non plus trop pousser, je tolère la chose mais pas plusieurs fois par mois, il ne faut pas exagérer. 

4 commentaires

  1. Oui je pense que je vais bientôt le regarder :) Tu as passé un bon week-end ?

    RépondreSupprimer
  2. J'ai essayé les tampons une fois et j'ai souffert le martyre xD Je crois que je ne l'avais pas bien placé, alors quand je l'ai enlevé, ça m'a fait tellement mal que je n'ai plus jamais essayé O.O
    Mais bon, je devrais m'y mettre.
    Hoho, je sais que c'est bizarre de parler de ça :p Mais il n'y a pas de honte à avoir, je trouve. C'est tout à fait normal.

    RépondreSupprimer
  3. Je suis tout à fait d'accord avec toi. Quand je parle du fait que je n'aime pas ça et que je n'irais pas, on me dit que c'est uniquement parce que je ne sais pas danser même si j'argumente !

    RépondreSupprimer

N'oubliez pas de signer vos commentaire et de repasser si vous souhaitez lire ma réponse.
Merci ♥