La solitude dans le métro.



J'avais beaucoup hésité à choisir ma fac à cause du trajet en transport en commun qui allait avec. J'avais peur d'être vite lassée et puis finalement, je me rends compte que j'adore cela...

... quand il n'y a pas de grèves
... quand personne ne se jette sous les rails
... quand il n'est pas plein à craqué.


Sinon, j'aime bien cela. Aujourd'hui, vu que je n'avais rien à faire et qu'il faisait beau, j'ai décidé de partir en excursion sur Paris. Seule. J'avais quelques petits trucs à acheter et une boutique dont on m'avait parlé à aller visiter. Du coup, j'ai pris mon sac et je suis partie en début d'après midi. Il m'a fallu une bonne heure de transport et à peu près dix-huit changements pour y arriver. Mais pourtant, j'ai passé une très bonne journée. 

Le métro est un des seuls endroits (avec ma douche) à avoir cette sorte de pouvoir sur moi : ce pouvoir de me déconnecter de la vie réelle. 

Et puis en rentrant, j'ai réfléchis à ma vie. Depuis que je suis à la fac, certes plus de personnes connaissent mon prénom mais pourtant, je me sens davantage seule. Je pense qu'on peut officiellement dire que j'ai perdu la plupart de mes vraies amies, celles qui comptaient. Je ne sais pas trop comment c'est arrivé. Ca s'est pas du tout passé comme dans les films où une grosse dispute éclate entre des amies d'enfance qui deviennent alors des ennemies jurées. Non. Je pense que c'est juste le temps qui a creusé des fossés entre nous. On finit par moins s'appeler, on se promet d'organiser des sorties et puis, finalement, on le fait pas, on arrête de prendre des nouvelles et puis voilà, c'est tout. 

En tout cas, je suis visiblement moins douée qu'avant pour nouer des amitiés honnêtes et éternelles. Je suis davantage douée pour les amitiés superficielles qui durent trop peu longtemps (j'ai dit amitié, pas amour). 

Bref. La solitude est mon amie la plus fidèle. Je crois que je commence à m'y faire. 

PS : Sinon je constate depuis quelques temps que les gens m'appellent Madame. Je manque de vomir à chaque fois. 

11 commentaires

  1. Je commence de plus en plus à apprécier de prendre le métro aussi. Je n'en ai que pour une vingtaine minutes de transports pour aller à la fac et ça me parait cours, pourtant je ne me verrais pas faire 1heures aller/retour à chaque fois que j'y vais..
    C'est le problème des études supérieurs, on grandit, on se perd de vue.. Je n'ai gardé qu'un tout petit contact avec une amie du lycée. Mes vraies amies sont des amitiés qui ont d'abord été à distance (des recontres sur Twitter souvent), du coup ca n'est pas pareil, on ne se voit pas souvent, mais on a l'habitude.
    J'ai eu beaucoup de mal à la fac à me faire des amies (même si ce sont plus des copains), ce n'est que cette année que j'ai réellement créer des contacts, c'est bête, c'est la dernière année. En tout, l'important, c'est de ne pas se sentir seule, je sais que la solitude peut vraiment peser parfois.

    RépondreSupprimer
  2. PAREIL POUR LE MADAME C'EST ECOEURANT.

    J'ai 30 minutes de métro pour aller à la fac mais comme c'est du non stop sans changer de lignes, j'adore ça!

    Et pour les amis, je crois que tout le monde perd plus ou moins ses amis de lycée... je n'en ai qu'une avec qui je suis toujours proche, et c'est en partie parce qu'on se ressemble tellement que c'était pas possible de s'abandonner mais en plus je dois dire que ça aide qu'elle soit sur un campus où je vais de temps en temps et qu'on ait des nouveaux amis de fac en commun... J'ai l'impression que mes amis amis sont des amitiés quand même moins superficielles que celles dont tu parles mais je dois avouer que je ne sais pas si on se parlera encore dans quelques années et ça fait peur.

    RépondreSupprimer
  3. Salut toi :)
    Je ne sais pas si tu te souviens de moi, mais bref. Je suis de retour sur la blogosphère & je me souviens très bien de ton blog... d'où mon retour par ici !

    Je comprends que le métro puisse avoir ce pouvoir sur toi. Je comprends parce que lorsque ça m'arrive, je le savoure pleinement. Je suis tranquille, seule, dans mes pensée, assise sur un strapontin, & je laisse la rame m'emmener tranquillement vers ma destination. Mais ce sentiment d'être "déconnectée" ne m'arrive qu'une fois par an... Le 15 août. Quand tous les parisiens sont absents. J'aime cette ville autant que je hais profondément les parisiens (& les voyageurs du métro) ;)
    Quant à la solitude... il paraît que c'est la vie qui veut ça. Qu'on a tous des amis dont on finit par s'éloigner sans vraiment s'en rendre compte tout de suite. Mais par moment elle pèse, cette solitude.

    RépondreSupprimer
  4. pareil, j'aodre mes copines de fac mais je en sais pas si on continuera de se parler une fois que ça sera terminer, la preuve c'est les vacances et je n'ai pratiquement aucunes nouvelles, enfin.
    Pour ce qui est de l'année prochaine, je pense continuer en Master Patrimoine, je vais une demande pour un Master pro et sinon je continue dans ma fac et je fais un mémoire :)

    RépondreSupprimer
  5. Les gens qui m'appellent Madame je les corrige. Mademoiselle c'est mademoiselle !


    R.
    http://linconstance.blogspot.fr

    RépondreSupprimer
  6. @Célia : Les amis que je me suis faite cette année sont tout de même de très bonnes amies mais ce n'est pas tout à fait pareil. Mais je crois que tu as raison, à partir du moment où on prend des chemins différents, cela reste difficile de se croiser souvent.
    A très vite :)

    RépondreSupprimer
  7. @Romane Herre : Moi je dis plus rien ;)

    RépondreSupprimer
  8. C'est exactement ça...

    Des bisous,
    Clémence
    http://fille-au-foyer.blogspot.fr/

    PS : j'organise un concours sur mon blog, n'hésite pas à passer ! :)

    RépondreSupprimer
  9. c'est adorable, merci ! J'espère que les tiens aussi :)

    RépondreSupprimer
  10. Moi aussi j'ai le droit au "Madame" un peu trop souvent à mon goût !

    Sinon pour les amis je comprends ce que tu ressens. Ca fait quelques mois que je réfléchis à ça, que je me demande pourquoi, malgré le fait que je m'entende super bien avec des personnes de ma classe, j'ai toujours cette sensation bizarre que ce n'est pas pareil. A part une ou deux exceptions, finalement on ne se parle vraiment qu'au lycée, peu de sms, on ne se confie pas, en fait c'est difficile de consolider la relation au-delà des murs du lycée. Je me suis toujours demandé pourquoi, si ça venait de moi, des autres ou d'autre chose, mais je n'ai jamais réussi à comprendre vraiment. Heureusement j'ai gardé contact avec 2 amies que je connais depuis la sixième et avec une amie du lycée (+ une qui est avec moi en prépa donc forcément on allait pas perdre contact).

    En tout cas bon courage à toi !

    RépondreSupprimer
  11. Aaah ça c'est les aléats de la vie. On grandit, on s'oublie, on va de l'avant en laissant en arrière certaines personnes et elles font de même pour nous. C'est vrai qu'il est dur de nouer des amitiés sincères et non périssables. Personnellement je ne suis pas quelqu'un de très sociable mais quand je noue une amitié je m'investis complétement dedans et finalement, je me sens bien comme ça :)

    www.unefillederable.com

    RépondreSupprimer

N'oubliez pas de signer vos commentaire et de repasser si vous souhaitez lire ma réponse.
Merci ♥