Coupe du monde, OPI et couloir de la mort.

Right The Stars - Together We're Never Alone. 



Le Brazil commence aussi à vous sortir par tous les orifices ou c'est que moi ? Ayant était élevée dans un environnement matriarcal, vous vous douterez que le foot n'a pas du tout été la religion prédominante du foyer. C'est simple, personne ne suit le foot chez moi. Fille comme garçon. Pendant la dernière coupe du monde de je sais plus quelle année, je me suis un peu laissée portée par la foule et j'ai suivi les matchs mais en fait j'y comprenais que dalle. Aujourd'hui encore, les règles du jeu m'échappent mais je sais simplement que quand la balle entre dans les cages de l'équipe adverse, il faut faire genre qu'on est contents (mais je me trompe peut-être, je ne sais pas). En plus, je ne vais pas entrer dans le débat, mais je suis contre le business qu'il y a autour de ce sport. Ces mecs gagnent chaque mois plus d'argent que je gagnerais si je combinais les salaires de toute ma vie + celle de 105 vies antérieures ! Non sérieusement, je ne peux pas cautionner un tel business mais bon, bref. 

Pour en revenir au Brazil, lors d'une excursion chez Sephora, j'ai vu la nouvelle collection d'OPI et j'ai eu un flashback. Vous aussi vous aviez oublié que j'avais été conviée à la présentation presse de la collection ? Pour ceux qui n'avaient pas tout suivi, j'écris de temps en temps des articles sur le webzine collaboratif SoBusyGirls.fr et les rédactrices dont les articles ont eu le plus de vues ont parfois des petites récompenses. L'an dernier (c'était peut-être au mois d'octobre, mais vous savez que j'ai des problèmes avec les mois), j'ai donc reçu une invitation pour la présentation presse de la collection Brasil d'OPI. Très très honnêtement, je n'ai compris qu'il y a quelques jours, en allant chez Sephora donc, que la collection était en rapport avec la future coupe du monde. C'est là que vous réalisez que quand je vous dis que je n'y connais rien au foot, ce n'est pas vraiment pas une blague. Je me sens toute bête maintenant. 

Aujourd'hui, j'ai envie de reparler de cet événement, six mois après. Je ne sais plus si je l'ai dit à l'époque, mais c'était vraiment très très étrange. Moi, petite chose sans défense qui ne sait pas épiler ses sourcils de manière symétrique, s'est retrouvée au milieu de blogueuses/youtubeuses beauté et de pleins de gens importants. Très clairement, j'ai un peu eu l'impression d'être une bouseuse. Je ressentais un peu les mêmes choses que lorsque je décide de faire une journée pyjama que quelqu'un vient me rendre visite (apparemment, je suis une fille très "précieuse"). Les gens ont dû se demander ce que je foutais là. Bref, comme le dit ma copine Kelly Clarkson, what doesn't kill you makes you stronger.

J'essaye aussi de me souvenir de cette phrase pour me motiver pour la semaine qui va arriver. En fait, j'ai tout simplement envie d'en finir une bonne fois pour toute, que je puisse passer à autre chose et reprendre le cours normal de ma vie (c'est-à-dire passer ma journée allongée sur mon lit à regarder des écrans qui bougent).

J'entre dans le couloir de la mort...
(mais en attendant, mon ventre crie famine donc je vais aller prendre mon dernier goûter de condamnée à mort).


Aucun commentaire

N'oubliez pas de signer vos commentaire et de repasser si vous souhaitez lire ma réponse.
Merci ♥