Petit point sur ma vie.



Faisons un petit point sur ma vie en ce moment. Il faut d'abord savoir que depuis le dernier post (qui remonte donc à samedi dernier), mes émotions ont un peu fait les montagnes russes. 

Tout d'abord, il y a eu le gros stress de la rentrée. Et encore, "stress" est un mot bien faible à côté de ce qu'il s'est passé. J'avais écrit quelques trucs à ce propos, mais je vous ai épargné les articles en question parce que vous n'avez certainement pas envie de m'entendre pleurnicher sur ma triste existence, d'autant plus que j'estime l'avoir assez fait dans le passé. Bref. Pour résumer la chose, je n'avais pas envie de retrouver cette routine que je déteste tant et qui consiste à : dormir peu, travailler, travailler, travailler, rentrer à la maison, travailler encore, prendre des pauses mais culpabiliser, donc travailler de nouveau et dormir tard. Voilà, je pense que vous avez saisis le truc. J'ai oublié de préciser, qu'ajouté à tout cela, nous retrouvons le stress avec lequel je vis en permanence durant la période scolaire. 

Pour toutes ces raisons et bien plus : je n'avais pas du tout envie de retourner à la fac.

Finalement, vous vous doutez que j'y suis tout de même allée (pas assez forte pour tout envoyer en l'air). 

J'ai eu mon premier jour qui fut certainement le premier jour le plus horrible de toute l'histoire des premiers jours. Déjà, j'avais dû dormir cinq ou six heures et j'ai finis très tard (mais vraiment très tard). C'est là aussi, en rentrant chez moi exténuée et au bord des larmes que j'ai constaté à quel point la "petite école" était loin de moi car on n'a pas du tout remplis la première page de nos cahiers comme à l'époque. Non, nous a simplement été jeté en plein dans des cours dont on n'avait jamais entendu le nom comme si on les connaissait depuis des années. J'ai aussi été assez déçue par certains cours car en choisissant cette filière, je pensais avoir mis de côté un certain nombre de matières que je détestais, mais j'ai finalement constaté qu'ils avaient simplement changé le nom et qu'en gros, c'était la même chose. 

Le lendemain, j'ai essayé de me ressaisir et de puiser tout au fond de moi la pincée de motivation qu'il pouvait me rester. Je ne dois pas oublier mon objectif : finir cette licence pour pouvoir enfin faire le master qui m'intéresse vraiment. C'est ça que je dois viser. 

Aujourd'hui, cela va mieux. J'ai repris du poil de la bête et je suis bien décidée à valider mon année (en même temps, si j'avais baissé les bras au bout de deux jours, cela aurait été bien triste). Je me suis déjà mise à bosser et à faire mes fiches que j'aime tant. Pour le reste, on se remonte le moral tant bien que mal en se disant qu'une année, cela passera certainement vite... 



Aucun commentaire

N'oubliez pas de signer vos commentaire et de repasser si vous souhaitez lire ma réponse.
Merci ♥