Chercher sa voie.

I hope.


Je n'ai jamais réussis à faire des projets et j'ai du mal à voir plus loin que la fin de la semaine. Aujourd'hui, je dois faire des choix pour mon avenir. Prendre des décisions. Et je n'y arrive pas.

Je n'arrive pas à savoir ce que je veux faire. J'ai du mal à m'imaginer dans le monde du travail donc il est difficile pour moi de projeter en me demandant concrètement ce que j'ai envie de faire plus tard. Parfois, j'ai des idées mais je ne suis jamais sûre. Ces métiers ont l'air bien sur le papier mais je ne sais pas s'ils sont faits pour moi. 

Parfois, je suis partagée entre ce que semble me dire mon coeur et ce que semble me dire la raison et les autres. J'ai dû choisir entre la sécurité, la quasi-assurance d'avoir un travail à la sortie et faire ce que dont j'ai le plus envie. J'ai des amis qui ont choisi la première option. Je peux les comprendre mais ce n'est tellement pas moi. Je suis quelqu'un de passionnée. Je sais que le matériel compte beaucoup pour moi mais, compte tenu de mes tendances à broyer du noir dirons-nous, il me faut quelque chose de réellement motivant pour me lever les matins. 

Je pense que dans un monde utopique, je prendrais une pause. Je sais qu'en réalité, je ne la prendrais jamais parce que je n'ai pas le courage de sortir hors des cases. Pourtant, j'aimerais bien partir un peu, comme je l'ai fait l'été dernier, mais sur une plus longue période, et encore plus loin, et seule. Juste le temps de chercher qui je suis et qui je veux être. Le temps de soigner mes démons, de comprendre quelles sont les choses qui comptent réellement pour moi et de faire le point. 

En attendant, je me laisse jusqu'à la fin de la semaine pour trouver un sens à ma vie. Je sais, c'est pas long une semaine mais malheureusement, les deadlines des universités approchent (ou ont déjà été dépassées, holly crap). Je suis un peu dégoûtée d'avoir rater certaines inscriptions mais je ne m'en veux pas trop car je sais que je n'arrive pas à réfléchir sur ces choses lorsque j'ai la tête pleine. Je sais parfaitement que je n'aurais pas pu le faire tant que mes partiels n'étaient pas terminés. 

Je crois pour la première fois de ma vie que l'année prochaine sera une erreur. Où que j'aille. J'ai le sentiment au fond de moi que je vais faire les mauvais choix mais d'un autre côté, je n'ai pas l'impression que le bon soit encore à ma portée. Je dois juste continuer à le chercher. 




Et vous, il se passe quoi dans vos têtes ?

28 commentaires

  1. Je pense que cette pause, tu devrais la prendre. J'ai lu une phrase de Sénèque qui dit : "Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles." Donc prend ta pause si tu en as besoin !

    De mon côté je me flagelle de ne pas bosser (j'ai 15 pages de cours à lire par jour + les autres cours) mais en même temps chaque fois que j'ouvre mes cours je n'arrive pas à me mettre dedans et je dois relire les phrase 50 fois pour les comprendre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne pense honnêtement pas que je la ferais. Je vais attendre de voir où je suis acceptée et j'irais pour au moins me faire une idée. Après si je vois que ça ne me plait vraiment pas, j'aviserais...

      Je comprends, j'ai moi-même connu ce problème, que je n'ai pas réussi à régler. Du coup, je n'ai pas de conseils miracle à te donner :/. Si tu es distraite, essaye peut-être de bloquer internet...

      Bon courage ! :)

      Supprimer
  2. Je comprends, j'ai vécu la même chose ;)
    C'est très difficile de choisir entre raison et passion

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, surtout en ce moment où le monde n'est pas très ""gai"" !

      Supprimer
  3. Je vis exactement la même chose que toi en ce moment. J'ai été refusé dans LA formation que je voulais faire et la je me retrouve un peu perdue. Est ce qu'il vaut mieux aller dans le même type de formation mais qui me plaira moins ou faire une année de césure. Mais l'inconnu ça fait peur un peu quand même et je sais pas si j'arriverais à aller au bout de mes choix !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh je suis vraiment désolée ma belle :/. Pour ma part, je n'ai pas encore reçu la réponse de la formation qui me plait le plus donc je ne sais pas encore si je serais confrontée à ce dilemme... J'avoue que je ne sais pas du tout ce que je ferais donc je comprends bien ce que tu m'expliques...

      Je suis certaine que tu feras le bon choix. Bon courage ♥ ♥

      Supprimer
  4. Hello!
    Ton article me rappelle beaucoup ma période fac. J'avais quitté la licence informatique car je ne m'y retrouvais pas. Je savais pas quoi faire plus tard alors j'ai choisi "au pif" celui qui me correspondait le mieux. Je savais que ce serait une erreur vue ma motivation de départ avec inscription et rentrée en retard de deux mois...
    En effet, c'était bien une erreur, j'avais pas mal séché les cours, je ne savais toujours pas quoi faire de ma vie. Entre-temps, j'ai découvert le job d'entrepreneur et à la suite, j'ai quitté la fac pour m'y lancer jusqu'à aujourd'hui et je ne regrette pas du tout ce choix!
    Je comprends que tu ne veuilles pas vraiment faire de pause même si c'est ce que je te conseille.. Après bon, peut-être que c'est en faisant cette erreur qu'elle te dirigera vers la bonne voie. =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou !
      C'est un très beau parcours ! J'espère également que j'aurais ce petit "déclic" un jour. Je suis quelqu'un qui a très peur d'avoir des regrets donc j'irais dans tous les cas dans le master où je serais prise. Après, on verra. Peut-être qu'elle me dirigera vers la bonne voie comme tu le dis.

      Merci et à bientôt :)

      Supprimer
  5. Mon dieu je me retrouve tellement dans cet article , j'ai jamais était fichue de choisir quoi que ce soit , je suis incapable de me projetter dans le futur , petite lorsqu'on me demandais ce que je voulais faire, je répondais infirmière juste pour dire quelque chose et qu'on me laisse tranquille ! Et en terminale L, je me suis dit qu'est ce que tu va faire maintenant , tu as jamais voulu faire ça! Et j'ai atteri en faculté de droit, et après deux années de licence , j'en arrive a ma dernière année de licence a me demander ce que je fout là , parce que même si ce n'est pas un domaine qui me déplait, ce n'est pas ma passion et je suis complétement perdu.
    Je suis incapable de voir mon avenir, même d'une année sur l'autre, j'avance au jour le jour et je décide une fois que je n'ai plus d'autre choix que celui de prendre un tournant dans mon orientation. Je ne pense pas que ce soit un défaut mais c'est bien plus effrayant, mais je pense qu'un jour lorsque j'aurais trouver ma passion, je le saurais instantannément, et j'abandonnerais tout pour la vivre , en attendant je me contente de choisir une fois au pied du mur.
    Je te souhaite de trouver tout de suite ta passion, mais sache que je trouve que c'est toutafait normal lorsqu'on ne sait pas ce qu'on veut de se laisser porter par le courant, si tu as des doutes, ne réfléchis pas trop , je suis perssuadée que ton instinct saura te guider, et surtout dit toi une chose, on est pas condamné a faire ce que l'on choisit toute notre vie! On a le droit de se tromper =)
    Bon courage a toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou !

      La première partie de ton message me parle énormément ! Je me rends compte que, tout comme toi, je choisis beaucoup "une fois au pied du mur", quand je n'ai plus le choix et toujours au dernier moment.

      Je te remercie d'avoir partagé ta petite histoire. J'espère également que tu trouveras ta voie ! Tu as une idée d'où tu vas candidater l'an prochain ?

      Bon courage et merci encore :)

      Supprimer
  6. J'ai choisi la raison car je n'ai jamais trouvé ma voie et j'ai réalisé que je n'en n'avais pas en fait... je n'ai pas d'ambition professionnelle comparé à de nombreuses personnes mais par contre je ne me vois pas ne pas travailler donc j'enchaîne les boulots en tous genre pour gagner mon pain, pas facile de faire accepter ce choix auprès de tout le monde, en tout cas je me retrouve dans ton article et je sais ce que c'est d'être dans le flou !
    Courage <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou !

      Je pense que ce qui compte vraiment est que tu te plaises comme ça ! J'imagine que cela ne doit pas être facile toujours mais je t'admire vraiment pour avoir fait ce choix :).

      Merci pour tes encouragements et à bientôt :)

      Supprimer
  7. c'est difficile de trouver sa voie, de faire ce genre de choix... et puis on se met tellement de pression à se dire qu'une fois le choix fait, il n'y a plus de retour en arrière possible... alors qu'en fait, c'est tout à fait possible! ;) perso, j'ai renoncé plusieurs fois à la "sécurité" parce que je pense que l'essentiel, c'est de faire quelque chose qui nous plait. Aller bosser à reculons tous les matins, quelle horreur, même si c'est une situation stable... j'espère que cette semaine t'apportera les réponses que tu cherches! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou !

      C'est vrai que j'ai tendance à penser qu'aucun retour en arrière est possible. J'aime beaucoup la stabilité, la routine donc j'ai du mal à m'imaginer tout plaquer pour retourner à l'école.
      J'ai également renoncé à la sécurité car lorsque je vois ce dernier semestre (que j'ai détesté), je me rends compte que je n'ai aucune volonté lorsque les choses ne me plaisent pas. Je ne juge pas ce qui ont fait ce choix, je peux tout à fait comprendre, mais ce n'est pas du tout "moi".

      En tout cas je te remercie pour ton message. A très vite :)

      Supprimer
  8. J’ai ce même problème. Depuis la seconde, je voulais faire une prépa B/L, j’ai presque vécu avec la prépa dans la tête de la seconde à aujourd’hui. A mesure que la khâgne avançait, je commençais à avoir de plus en plus peur parce que je ne savais pas ce que je voulais faire ensuite, je devais choisir entre le coeur et la raison mais même l’option coeur me blasait un peu. J’avais l’impression que tout le sens que j’avais donné à ma vie allait partir, que je ferais des études qui ne me plaisent pas et que voilà, c’est triste. Et puis j’ai ensuite beaucoup réfléchi et j’en suis arrivée à la conclusion que je n’ai pas besoin que ce soient mes études qui donnent un sens à ma vie. A partir de là j’ai été moins stressée : au fond, même si je n’obtenais pas les écoles que je voulais je m’en fichais, je voulais juste un job, donc des études qui débouchent assez, même si elles ne me plaisent pas pourvu que je ne les déteste pas au point d’être incapable de les bosser. J’ai ensuite fait une sorte de "recentrage" sur ma vie personnelle et c’est de ce côté là que j’essaie de mettre du sens (par exemple actuellement j’apprends le chant, pour pouvoir ensuite, si j’arrive à chanter bien, en faire quelque chose).

    Je comprends que tu ne veuilles’pas faire de pause et c’est aussi ce que j’aurais fait, aller en master tout de suite pour dans deux ans pouvoir me dire que mes études sont finies. Si tu as l’impression que tu vas forcément faire le mauvais choix, tu peux aussi te dire que du coup le choix que tu fais seras forcément bon, puisque tu n’en voyais pas de meilleur ? En tout cas, bon courage pour trouver un sens à ta vie, je trouve ça effectivement très difficile, et pour choisir un master.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un choix très courageux que tu as fait ! Un gros travail, je dirais même, de ne pas mettre des études et ton travail au centre de ta vie.
      Je pense que cela dépend vraiment des gens. Je sais que je ne pourrais pas faire ça malheureusement.

      Maintenant que j'ai trouvé plusieurs options, je vais croiser les doigts pour être acceptée là où j'en ai le plus envie. Pour la suite, on verra...

      Merci en tout cas pour ton commentaire. Tu en es où du coup ? Tu as finis la prépa et tu attends donc les réponses des écoles, c'est bien ça ? Ca me fait plaisir d'avoir de tes nouvelles :)

      A bientôt.

      Supprimer
  9. J'ai un gros doute car j'étais persuadée d'avoir commenté ton poste mais en fait j'ai peut être fait une fausse manip. Bref ce que je voulais te dire c'est que je pense avoir 10 ans de plus que toi environ (vielle je suis), et je suis sur le point d'envoyer valser tout ce qui a découlé de mes choix d'étudiante. Pas tout, évidemment, il y a une partie qui reste là, mais ce que je veux te dire c'est que tout n'est pas définitif.
    De toute façon c'est, et ça sera, la merde, alors très honnêtement autant se faire plaisir. Mais si tu ne fais pas ce choix aujourd'hui, tu pourras toujours le faire demain ! (en tous cas j'espère parce que sinon ça craint sévère me concernant ! ;-) )
    PS: merci pour ta visite sur mon blog hier!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai rien reçu, donc oui, sûrement une fausse manip ! Merci d'être repassée du coup :).

      Je pense en fait que je ressens une pression de la part de ma famille (sûrement pour rien), mais oui, je serais davantage apte à "tout envoyer valser" un peu plus tard. Je pense qu'il y aussi le fait que j'ai envie de prendre mon indépendance et que "faire des erreurs" ne fait que retarder la retarder :/.

      (mais non tu n'es pas vieille ! Je suis trop pressée d'avoir ton âge !!) (et ce n'est pas ironique ahah).

      De rien et merci à toi ♥

      Supprimer
  10. Je te comprends tout à fait ! Depuis le bac (il ya 5 ans… gosh), j'ai l'impression d'errer. Je rêve, j'ai des envies, mais finalement je ne suis jamais sûre de rien; et chez moi ça se solde par l'échec. C'est vachement difficile de justifier son projet auprès des autres, ou de montrer sa motivation, quand on doute de tout ! Alors qu'au fond je pense que (pour mon cas hein, toi je ne te connais pas encore assez^^) le doute est le seul frein que je me mets toute seule. Les envies sont là, mais la peur prend le dessus, et du coup le doute me fait souvent reculer. En tous cas courage, on est nombreux à se sentir perdus et à penser qu'il y a "une voie" pour nous, alors qu'en fait on est libre et plein de choses peuvent être LA voie, il faut juste choisir… et c'est ça qui est difficile.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce que tu écris me parle énormément. Je suis quelqu'un qui doute beaucoup et je pense que oui, ce sont ces doutent qui me freinent et la peur aussi.

      Je te remercie pour tes encouragements et je te souhaite évidemment les mêmes choses.

      A bientôt :)

      Supprimer
  11. Je ne sais pas si tu connais le film "Libre et assoupi", avec Baptiste Lecaplain mais je trouve dans ton article une résonance à ça, que j'ai moi-même trouver (ne pas se voir dans le monde du travail, en particulier). Paradoxalement, au contraire de toi, j'ai besoin de me projeter dans le futur, surtout dans mes études, pour trouver la motivation le matin et abattre le boulot qui m'agace... Malgré les doutes, les changements de plan incessants, je veux tout tenter pour accomplir un rêve.
    Bon courage pour faire face aux choix qui se présentent à toi !! Même si tu as la sensation que l'année prochaine sera une mauvaise année, ne t'enfermes pas dans cette idée. Tu pourras en rebondir, et même si professionnellement ou scolairement parlant ça peut ne pas être une année qui convienne, prends ce temps dont tu dis avoir besoin pour te sentir mieux. C'est le plus important ! Courage ma belle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou !

      Non je ne connais pas du tout ce film ! J'irais me renseigner ;)
      Je t'envie pour avoir cette faculté ! J'aimerais bien pouvoir projeter également car, comme tu le dis, je trouve que c'est très motivant au quotidien :).

      Merci beaucoup pour tes encouragements.

      A bientôt ♥

      Supprimer
  12. Peut-être que tu devrais simplement te prendre une année sabbatique. Prendre le temps de te (re)poser, de souffler un peu, et de voir autre chose.
    Peut-être que tu dois simplement ne rien faire durant un laps de temps, histoire de ne pas choisir sur " un coup de tête " au risque que ça ne te plaise pas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerais bien mais je pense que je le ferais uniquement si je n'ai pas d'autre option. Mais honnêtement, je ne pense pas que je le ferais...

      Supprimer
  13. Pour la question : "Ces métiers ont l'air bien sur le papier mais je ne sais pas s'ils sont faits pour moi", ce que tu peux faire peut-être c'est des "enquêtes métier" informelles parce qu'en effet entre des fiches ONISEP par exemple et la réalité du terrain il y a parfois tout un monde :).
    Donc si, parmi tes idées de métier potentiel, il y a, je sais pas..."DRH", tu peux préparer un petit questionnaire, chercher sur Viadeo 4 ou 5 DRH et leur envoyer un mail dans lequel tu te présentes et tu leur demandes s'ils veulent bien répondre à quelques questions sur leur métier (genre les avantages, les inconvénients les qualités nécessaires etc...).
    Il y en aura toujours qui te répondront bien volontiers et ça devrait te permettre déjà d'éliminer ou de confirmer des hypothèses sur le métier qui pourrait te correspondre.

    Autre point, si tu nages dans le flou quant au métier à choisir, et que plus tu y penses, plus le brouillard s'épaissit, tu peux peut-être déplacer le débat et t'interroger plutôt sur le contexte qui a priori te conviendrait davantage...Par exemple, si tu préférerais travailler plus tard dans une grosse entreprise connue, ou bien plutôt une petite entreprise familiale, si tu préfères le travail en équipe ou bien bosser tranquille dans ton coin, avec du contact client ou pas, horaires de bureau ou horaires décalés etc.
    Ça te permettrait de tracer le cadre et en fonction de ce cadre tu verras peut-être un peu plus facilement quel genre de métier collerait le mieux au contexte qui te conviendrait a priori. Ou à défaut, d'éliminer ceux qui ne conviendraient pas.

    Et enfin, troisième petite piste transversale : te concentrer sur ce que tu aimes faire en dehors du professionnel, cultiver au maximum tes centres d'intérêts, en découvrir d'autres, la réponse se cache souvent par là et après un certain laps de temps, la synthèse entre ce que tu aimes faire et ce que tu sens que tu peux faire (en termes de marché de l'emploi, notamment) finira par s'opérer...Ou bien tu décideras finalement de trouver un travail suffisamment supportable sans lien particulier avec tes passions, qui t'apportera confort et sécurité et de cultiver tes passions en dehors des heures de travail (par exemple il y a des gens qui sont fonctionnaires ou CDI temps partiel la semaine et qui font des concerts en semi-professionnel ou gèrent leur asso le week-end)..

    En résumé : explorer, aller à la pêche aux infos sur le terrain, cultiver tes passions, être à l'écoute de tes besoins même s'ils te paraissent antagonistes et ne pas trop te mettre la pression. Ecoute d'abord ton cœur et vois ensuite, seulement dans ce deuxième temps, comment concilier l"élan du coeur" avec les besoins matériels et de sécurité.
    Je te donne un dernier exemple plus concret, le coeur dit "je veux être artiste peintre" = domaine artistique. Ok mais après, je sais aussi que j'ai besoin d'avoir des revenus réguliers sinon j'angoisse grave = sécurité financière. Domaine artistique + sécurité financière.... => tiens et pourquoi pas "professeur de dessin" ? Ou si j'aime également le sanitaire et social => tiens et pourquoi pas "ergothérapeute" ? Je reste dans le domaine artistique et en même temps j'ai ma paye à la fin du mois.
    Tu vois l'idée ? :)

    Voilà j'ai fini mon pavé, je te souhaite bonne chance, tu trouveras de toute façon la bonne combinaison dans ce Rubik's Cube de l'orientation professionnelle, t'inquiète pas :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou !

      Je te remercie vraiment d'avoir pris le temps de m'écrire ce message.
      Tout ce que tu m'écris est très intéressant ! En effet, je pense que contacter un professionnel ne serait pas une mauvaise idée.

      Je vais réfléchir à tout ce que tu m'as écrit. Je pense notamment réfléchir à l'axe "passion" car j'en ai de nombreuses !

      En tout cas je te remercie une nouvelle fois pour ce message et pour tes encouragements.

      A très bientôt :)

      Supprimer
  14. Si tu n'arrive pas à te projeter loin, fixe toi des petits objectifs à plus ou moins long terme (sur un an quoi pas plus).
    Tente un master, et tu verras, si ça ne te plait pas, tu peux arrêter, j'ai plein d'amies qui ont abandonné leur master cette année justement pour partir et se trouver. J'y pense de plus en plus moi aussi d'ailleurs. Je comprends ce que tu veux dire par "hors case", on nous a tellement rabaché que le shéma à respecter c'était école et bac et diplôme et boulot que du coup on veut absolument le respecter, comme si on était des machines. Sauf que non, on ne l'est pas. Je pense qu'on a besoin de se chercher, de se trouver, et donc d'explorer. Si tu sens que c'est le moment pour toi de partir, alors fonce, ne t'arrête pas juste pour rentrer dans une case, et pour rester (devenir?) quelqu'un que tu n'es pas.
    Il vaut mieux vivre avec des remords qu'avec des regrets dans la vie, c'est ce qu'on m'a dit :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même sur 1 an, j'ai du mal ! C'est fou !

      Les regrets me font très peur justement. Je verrais ce que je ferais lorsque j'aurais les réponses de mes candidatures :)

      Merci encore :)

      Supprimer

N'oubliez pas de signer vos commentaire et de repasser si vous souhaitez lire ma réponse.
Merci ♥