Théorie du samedi soir




Je discutais avec une amie à propos du fait que je nous ne faisions pas nos âges. Elle m'a dit qu'elle avait l'impression de ne pas avoir changé de tête depuis environ 4 ans. J'ai réfléchi un petit peu (contrairement à la pensée commune, cela m'arrive de temps à autre) et j'ai émis une théorie. Oui, une théorie. Rien que ça. 

En effet, je trouve que lorsqu'on approche la majorité ou que l'on l'a acquis tout récemment, on fait "plus vieux" parce qu'on a envie de grandir et de prendre de l'indépendance. On peut passer notre permis, habituer éventuellement seul dans un appart de 20 mètres carrés pour les mieux lotis d'entre nous, bref, on se sent pousser des ailes. Quelques années après, on commence à réaliser que le monde des adultes n'est pas aussi loin qu'on le pensait mais aussi que ça a l'air plus effrayant que ce pourquoi on avait signé. 

J'ai moi-même réalisé il y a pas si longtemps que cela que j'allais un jour quitter les bancs de la fac pour aller travailler. J'avais presque oublié que c'était ça l'enjeu. 

Du coup, on stagne. On arrête de vouloir jouer à la grande et on essaye, de manière inconsciente ou non, de stopper cette progression. 

Voilà, c'était tout ce que j'avais à dire.

8 commentaires

  1. Je n'avais jamais envisagé ta théorie haha
    Par contre que j'ai aussi très souvent eu avec ma soeur et des copines cette conversation sur l'impression de ne pas faire nos âges et d'avoir la même tête depuis depuis l'époque collège-lycée, frustrant mais après je me dis que dans moins de 10 ans je voudrais avoir l'air plus jeune que je ne le serai donc bon. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Emily Jane :)
      Je suis entièrement d'accord avec toi. On se plaint de faire trop jeune mais d'ici quelques années, on sera bien contentes ;)

      A bientôt :)

      Supprimer
    2. Sauf si d'ici quelques années on fait finalement plus que notre âge ! *je sors*

      Supprimer
    3. Ahahah ne parle pas de malheur ! ;p

      Supprimer
  2. J'ai réalisé au mois de septembre, que ça y est, j'ai quitté les bancs de la fac pour le monde cruel de l'entreprise, le réel monde des adultes... Et l'atterrissage fait mal, moins mal que si j'avais été au chômage je pense. Si je te dis que la fac me manques, tu me crois ?
    Si j'ai un conseil à te donner, c'est profiter de tes dernières années à la fac pour engrenger des compétences transversales, de l'expérience et surtout de t'éclater un max 😉

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou !

      Je pense aussi que la fac me manquera donc je te crois ! Même si c'est pas facile tous les jours, on est quand même pas mal "protégé" de l'extérieur !
      En tout cas bon courage pour la suite :)

      Bisous !

      Supprimer
  3. Je crois, Tinhy, que tu es atteinte d'un syndrome de Peter Pan à retardement ! C'est malheureux. (C'est à ce moment là que j'ai envie de rajouter "lol" pour donner un côté bien lourd à mon diagnostique).

    Ma môman, dans sa grande sagesse, appelle les années de fac les "années égoïstes". Je pense que c'est en effet le cas, tellement qu'on en oublie qu'elles ont une fin.
    Je pense que j'aurai la même impression que toi le temps venu, peut être que cela me touchera plus encore, moi qui est toujours l'impression d'avoir un train de retard sur les autres !

    Un conseil : lire Sherlock Holmes (j'ai lu ça dans un livre) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce diagnostic Koppa (le "lol" lui donne toute son authenticité d'ailleurs !).

      Pour ma part, j'ai fait la moitié de me études. J'ai encore le temps de voir la fin arriver, non ?

      A bientôt ;)

      Supprimer

N'oubliez pas de signer vos commentaire et de repasser si vous souhaitez lire ma réponse.
Merci ♥