Les dés sont jetés ?

Image de school

Ca y est, on approche de la fin de ma semaine de l'horreur ( = révisions) comme j'ai pris l'habitude de l'appeler. J'ai donc passé une petite dizaine de jours au milieu de montagnes de feuilles Bristol à essayer de mémoriser des choses que je vais, soyons réalistes, oublier à l'instant où je les écrirais sur ma feuille de partiel (et encore, si j'arrive à m'en souvenir jusque là !). 

L'autre soir, je parlais avec une amie de "l'après étude". J'ai du mal à réaliser que j'y arrive presque, que le plus dur est quasiment derrière moi et que j'approche de mon but. Je n'arrive pas encore à me projeter dans cet avenir qui s'approche de jour en jour. Je ne me vois pas encore travailler, prendre mon indépendance et sortir de mon petit confort. Elle a été surprise par mon discours et je la comprends. Effectivement, j'ai souvent eu tendance à crier sur les toits (et sûrement même ici) que j'étais pressée de finir mes études. On dit tous ça quand on vient de commencer et qu'il nous reste 5 ans à faire mais le discours change souvent. Pour ma part, j'ai réalisé que j'aimais bien le "confort" de la fac (je ne parle pas des "chaises rabattables" des amphis, eux, je les déteste pour toujours), mais disons que j'aime bien aller à la fac, prendre mes jolies notes sur mon ordinateur, écouter des présentations et des conférences, travailler autour d'un projet, apprendre des choses et développer ma curiosité. J'aime ça, c'est plaisant. Ce que je n'aime pas par contre, ce sont les examens. Je sais, on ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre (j'ai mis du temps à le comprendre) mais c'est surtout à cause de cela que je sais que je n'irais pas plus loin que le master.

Je n'en peux effectivement plus des examens. Je n'en peux plus de me matraquer le cerveau à apprendre bêtement des choses par coeur. Je ne peux plus supporter cette pression que je me mets et ce sentiment de n'avoir jamais donné assez, de cette peur d'échouer dont je n'arrive pas à me défaire et de ces informations qui m'empêchent de dormir paisiblement. 

Après bientôt 4 années d'étude, je vais donc entamer mes huitièmes partiels. Ca devient assez machinal finalement : carte étudiant, stylo bleu, rouge, bleu bis au cas où, surligneur, critérium, gomme, règle et montre qu'on n'aura même pas le temps de regarder...

Je crois que j'ai même tendance à préférer la semaine de partiels à la semaine de révision. Pendant la semaine de partiels, tout s'enchaîne très vite et on a à peine le temps de lever la tête qu'on est déjà vendredi. J'ai également toujours ce sentiment que les "dés sont jetés". Je n'ai pas tant de pression que cela parce que je me dis qu'il est trop tard pour réviser et que si les choses doivent se passer d'une certaine manière, c'est que c'était peut-être le destin ! 

En tout cas j'envoie plein de courage à celles d'entre vous qui sont également en période d'examens ! J'espère sincèrement que tout se passera bien pour vous et que vos efforts seront récompensés à leur hauteur !

8 commentaires

  1. Je peux tellement te comprendre! Moi je viens d'entamer ma semaine de revisions avant les partiels de droit. C'est assez angoissant quand on pense qu'il faut réviser une centaine de pages ou plus seulement en 7 jours.
    Mais je me dit que quand ça sera fini, et que notre système nerveux sera bien abîmé, on aura droit à 4 mois de vacances! Je me réconforte ainsi en tout cas :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Olia !
      Bonne façon de raisonner ahah ! ;).

      Bon courage pour tes partiels et ta semaine de révision !
      A bientôt xx

      Supprimer
  2. Mes deux semaines (et oui, chez moi c'est deux pour 6 matières) d'examens sont à partir de la deuxième semaine de Mai. J'ai pas hâte du tout, mais en même temps j'aime assez les exam'... j'ai plutôt toujours eu une bonne mémoire et je fais en sorte quand j'apprends mes cours de faire des ponts entre eux. Par exemple si je croise deux fois dans deux cours différent la date de 1086 je vais les apprendre ensemble, comme ça je sais ce qu'il se passe en même temps dans deux parties du monde différentes. Avoir une vision globale m'aide beaucoup ! Puis j'aime bien m'asseoir face à ma feuille et dérouler mon raisonnement même si je galère toujours avec le plan... Et puis bon, après ces partiels-là (avec un peu de chance sans rattrapages, on croise les doigts) il ne me restera plus qu'un an à faire pour avoir ma Licence et j'espère partir en Service Civique. Ça passe super vite en vrai !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Melgane !
      Deux semaines ? Ca fait beaucoup ! J'ai toujours eu une semaine (même quand je passais 9 matières ahah). D'un côté, je trouve ça beaucoup trop long, je préfère largement avoir une semaine parce que j'en peux déjà plus ! Pressée d'être demain pour que ça commence enfin ;)

      C'est vrai que c'est une bonne méthode quand les sujets se recroisent ! Pour ma part, comme mes matières se regroupent aussi, j'aime bien caser quelques notions d'un cours dans l'autre (ma petite combine pour faire croire que j'ai de la culture générale ahah).

      Bon courage et à bientôt xx

      Supprimer
  3. Plein de courage pour ces partiels! les études j'ai fait 4 ans d'études et aujourd'hui même si je fais une pause pour savoir vraiment ce que je veux, je pense que je ne pourrais pas les reprendre. J'ai envie justement d'avoir un travail, ma zone de confort à moi,... après cest sûr que c'est difficile de trouver un boulot tout de suite, il faut être courageuse!
    En tout cas plein de courage ;)
    A bientot

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Garance ! :)
      Je pense aussi que c'est difficile de reprendre quand on a fait une pause ! Après je suis sure que si tu trouves la formation parfaite, tu trouveras le courage de t'y remettre :)

      A bientôt xx

      Supprimer
  4. Je suis exactement dans la même situation que toi, l'après étude me paraissait loin, si loin que je n'y pensais pas vraiment. Et puis cette année j'ai pris conscience que les études je n'en pouvais plus. C'est chouette d'apprendre des choses, d'enrichir sa culture, mais cette pression constante, ce boulot répétitif et qui finalement ne nous apporte rien sur le plan personnel mais qui est là uniquement pour avoir des notes au bout, après 5ans c'est bon, j'ai eu ma dose.
    Mais voilà, comme tu l'as dit, il y a un certain confort avec le systeme universitaire, tu sais que tu as deux semestres, tu sais comment ils s'organisent après toute ces années et tu sais qu'une fois l'année terminée, c'est la liberté. Sauf que la vie professionnelle c'es tout autre chose et je ne me sens pas du tout prête pour ça. Alors c'est un peu la panique là. Envie d'arrêter les études, faire une pause, mais en même temps pour faire quoi ? Je ne vais pas rester sans rien faire indéfiniment... Je trouve qu'on ne nous prépare pas assez à ça, à cette transition qui n'existe même pas finalement (sauf si à la fin d'un stage tu as la chance de te voir proposer un CDD). J'ai finalement décidé de ne pas me mettre la pression de d'abord terminé cette année, réflechir quand même un peu à l'après et puis, on verra ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve ça vraiment dommage d'une certaine manière que tout le stress et la pression que les établissements nous mettent arrivent à nous détourner des études :/.
      Je pense que c'est malheureusement le problème de certaines universités... Quand on ne nous pousse pas à construire notre avenir professionnel, à faire des stages et à rencontrer des professionnels, on ne voit pas tellement le temps passer.

      Tu as raison ! Je ne pense que ça ne sert à rien de te mettre la pression. Ce qui est important, c'est que tu prennes ton temps ! Si tu ne te sens pas de tout de suite travailler, c'est que tu n'as pas encore trouver ta voie peut-être. On est encore jeunes et je pense qu'on a déjà vécu assez de stress comme ça ^^

      Supprimer

N'oubliez pas de signer vos commentaire et de repasser si vous souhaitez lire ma réponse.
Merci ♥