Virilité et masculinité



J'ai été très bouleversée par le documentaire The Mask You Live In, que j'ai vu hier et dont je vous parlerais plus en détails dans mon "Récemment Vus" du mois de Juin. Il m'a cependant tellement travaillée que j'avais tout de même envie de parler du sujet qu'il traitait. 

The Mask You Live In parle effectivement des éducations différentes qui sont données aux filles et aux garçons, en s'intéressant plus particulièrement aux garçons et à la masculinité qu'on leur enseigne. Le documentaire part ainsi de l'enfance des petits garçons, en passant par le basculement vers la "l'hyper-masculinité" et ses conséquences à l'adolescence et à l'âge adulte. De très nombreux sujets y sont abordés tels que le rejet de la féminité ou de ses émotions, mais également la drogue, la violence, l'addiction aux jeux vidéos, à la pornographie, la violence envers les femmes, la dépression, l'homosexualité... C'était un documentaire très poignant qui permettait de recoller tous les morceaux ensemble et de réaliser ainsi l'ampleur du problème. 


Une fois le documentaire fini, j'ai versé quelques larmes. Tout au long du film, je me suis questionnée sur la façon dont je pourrais protéger mes éventuels futurs garçons de tout cela. Je me suis demandée s'il m'était déjà arrivée d'agir différemment avec mes neveux en comparaison avec ma nièce ou si j'avais traité différemment les enfants lorsque j'étais jeune fille au pair...

J'ai ensuite pensé à ce petit garçon que j'avais croisé pendant mon stage l'été dernier et dont je vous avais déjà parlé. Ils s'agissait d'un petit blondinet haut comme trois pommes qui voulait à tout prix un t-shirt rouge que sa mère refusait de lui offrir parce que ça faisait "trop fille". J'ai repensé aussi à mes cours de sociologie sur le genre et à cette fameuse expérience où des sociologues ont montré à des gens une image d'un enfant qui pleurait sans que l'on puisse vraiment déterminer si c'était un garçon ou une fille. Les sociologues ont interrogé les répondants en leur demandant les raisons pour lesquelles l'enfant pleurait selon eux, en précisant à la moitié d'entre eux qu'il s'agissait d'un garçon et à l'autre moitié qu'il s'agissait d'une fille. Je n'ai pas réussi à retrouver les résultats  exacts mais, dans mes souvenirs ,les premiers avaient répondu que le petit garçon pleurait parce qu'il était énervé tandis que la seconde partie des répondants avait indiqué que la petite fille pleurait parce qu'elle avait peur.

Quoi qu'il en soit, la réalité est qu'on enferme ces garçons dans ce mythe de la masculinité qui les empêche d'être la personne qu'ils sont vraiment. La compassion, la douceur ou encore le manque d'assurance sont des sentiments qui ont été attribués aux femmes et aux filles, et qu'ils ne peuvent donc pas exprimer librement sans être pointés du doigt. J'ai été assez sonnée d'entendre certaines phrases que l'on dit trop fréquemment aux petits garçons comme "Sois un homme !", "Arrête de faire ta femmelette !" et j'en passe, et dont on néglige les conséquences. J'ai été particulièrement touchée de voir la détresse de ces enfants et adolescents lorsqu'ils arrivent à l'âge où ils n'ont plus personne à qui parler parce qu'être trop proche d'un garçon leur fait courir le risque d'être traité d'homo et donc d'être rejeté et harcelé par les autres. 

J'ai repensé à la maman que je serais. J'ai le sentiment que je pourrais toujours essayé d'élever mes enfants avec un genre "neutre" mais comment les protéger des autres enfants, de la société ou encore des médias ? C'est tout le système qui est à revoir. J'espère de tout coeur que je ne commettrais pas ces erreurs... Je me souviens d'une psychologue vers la fin du film qui a dit qu'il ne s'agissait de transformer les petits garçons en filles mais simplement de leur redonner ce qu'on leur a pris à l'enfance. 

En définitive, c'est malheureusement un sujet dont on parle encore trop peu. Les femmes et les petites filles commencent doucement à reprendre du pouvoir mais la société a encore beaucoup de mal à remettre en question la virilité des hommes.

Il s'agira donc d'un énième sujet que j'ajoute à ma liste des choses à changer pour un monde meilleur. Elle devient bien longue cette liste, et c'est un peu plus de tristesse que j'absorbe à chaque fois...

24 commentaires

  1. Ton article est très intéressant, je ne connaissais pas ce documentaire, il me tarde d'en savoir plus dans ton prochain article. En cours de socio, j'ai justement étudié cette éducation différenciée qu'on donne aux garçons et aux filles, et je ressens la même chose que toi, je voudrais changer ça, je voudrais élever mes enfants différemment, mais la société conditionne les enfants selon leur sexe dès le plus jeune âge. Ce n'est plus seulement l'affaire des parents, mais de tous, et je me sens démunie, car j'ai l'impression qu'on ne pourra jamais changer ça. A bientôt :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je partage entièrement ce que tu ressens. Je me sens aussi assez démunie vis-à-vis de cette question. C'est tout le système qu'il faut révolutionner. J'espère tout de même que les choses vont changer mais cela prendra certainement beaucoup de temps...

      A bientôt et merci pour ton message xx

      Supprimer
  2. En fait, l'imaginaire social autour des hommes s'est construit en parallèle de l'imaginaire social autour des femmes (si ça t'intéresse je crois que je t'avais déjà parlé d'un livre que nos prof de Contempo nous avaient fait lire au premier semestre sur l'Histoire du genre, des femmes, etc.). Le féminisme, en déconstruisant l'image commune des femmes déconstruit forcément en parallèle celle des hommes puisque les deux images se sont construites l'une en regard de l'autre, l'une part rapport à l'autre et vice versa.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le documentaire parlait justement de cette opposition et la construction de la masculinité comme un rejet du féminin ! Oui tu m'en avais parlé ! Il faudrait vraiment que je regarde si je peux le procurer !

      Merci et à bientôt xx

      Supprimer
  3. J'ai beaucoup aimé ton article :) Depuis des cours de sociologie qui m'ont particulièrement marquée et fait prendre conscience de l'omniprésence du genre dans notre société, l'éducation de mes propres enfants est aussi une problématique qui me questionne beaucoup. Je suis complètement d'accord avec la phrase "il ne s'agit pas de transformer les petits garçons en filles mais simplement de leur redonner ce qu'on leur a pris à l'enfance". En définitive, je souhaiterais que l'éducation que je donnerai à mes enfants leur laisse tout simplement le choix d'être ce qu'ils souhaitent être, tout en leur faisant prendre conscience de l'importance du respect et de la tolérance (vaste programme, j'en ai bien conscience ...)
    Belle journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est également tout ce que je souhaite à mes enfants et aux enfants en général ! Vaste programme effectivement mais on en parle de plus en plus. Les cours de sociologie qu'on a reçus sur le sujet sont déjà une grande avancée ! On sera de plus en plus à être sensibilisés à ce sujet et c'est comme ça qu'on fait avancer les choses :).
      Je ne perds pas espoir !

      A bientôt et merci pour ton message xx

      Supprimer
  4. Tu me donnes envie, je me mets ton article de côté pour jeter un œil (ou deux) à ce docu.
    Merci !
    E.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est dispo sur Netflix si tu y es abonnée ! J'espère que tu le trouveras facilement sinon :)

      Bisous xx

      Supprimer
  5. Très bel article, et si vrai ! Je ne saurais pas quoi ajouter de plus. Je trouve cette situation assez triste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ! C'est en en parlant qu'on fera avancer les choses :)

      Bisous xx

      Supprimer
  6. Bonjour! Je découvre ton blog et je suis déjà sous le charme haha. Cet article me touche particulièrement. Le féminisme se dévoile de plus en plus aujourd'hui mais on met moins l'accent sur les hommes qui peuvent également souffrir des attentes de notre société. J'aime ce que tu dis et la manière dont tu le dis ; tu me donnes matière à réfléchir! Et je pense me pencher sur ce documentaire... Bravo et à bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou !
      Je pense effectivement qu'en tant que féministe, il ne faut pas oublier qu'il s'agit de mettre tout le monde sur un même pied d'égalité donc les hommes ne doivent pas être mis de côté ! :)

      Le documentaire est disponible sur Netflix notamment mais j'espère qu'il est facilement trouvable sur internet sinon !

      Merci en tout cas xx

      Supprimer
  7. Je reviens pour un deuxième commentaire... Lorsque j'ai lu ton article tout à l'heure, il me faisait pensait à quelque chose mais je n'arrivais pas à mettre le doigt dessus...j'ai trouvé : le film Billy Elliot. C'est un film que j'adore et qui -justement- met l'accent sur les performances "viriles" attendues chez les hommes. Voilà voilà !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'ai beaucoup pensé à Billy Elliot en regardant le documentaire ! Je t'avoue que je ne l'ai jamais vu en entier même si je connais l'histoire. Il faudrait vraiment que je le vois, je le note en priorité sur ma liste :)

      Merci d'être repassée, à très vite :)

      Supprimer
    2. C'est vraiment un film magnifique, peu de chance que ça ne te plaise pas...

      Supprimer
    3. Oui j'en suis certaine ! C'est un grand classique :)

      Supprimer
  8. Ce billet m'interpelle vraiment. Avec mon ex beau-fils j'essayais tout simplement de ne pas penser à ces histoires de genre & à le laisser jouer comme il en avait envie ! Des petites voitures plein la chambre, des trains, des trucs de petits gars quoi. Mais ce qu'il adorait plus que tout, c'était sa poussette !! Une bien rose & violette, très fifille quoi. Je ne sais pas s'il sera gay, champion de judo, et/ou coiffeur. La seule chose que je sait, là, maintenant, tout de suite, c'est que ça fait de lui un gamin vraiment bien dans ses pompes & crois-moi, les gosses qui vont bien ne craignent pas les moqueries des autres à la récré & ont généralement tendance à ne pas se laisser influencer justement. Je n'ai jamais vraiment eu d'affinités avec les enfants, mais j'en ai eu avec celui-ci. Et il m'a appris qu'il fallait savoir leur faire confiance, même tout tout tout petits ;))

    Et je rejoins Marie Des Neiges un peu plus haut qui parle du film "Billy Elliot"; c'est tout à fait ça. Bouleversant, déchirant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh c'est super ! J'ai une image que j'ai vu sur Facebook qui me vient en tête où on voyait un petit garçon qui jouait à la poupée ou avec une poussette et la légende disait "De quoi avez-vous peur ? Qu'il soit un bon père ?".
      Bref dans tous les cas c'est super que ce petit bout ait pu avoir accès à toutes sortes de jouets :)

      Il faut définitivement que je me motive à le regarder alors ce film !!

      Bisous xx

      Supprimer
  9. Ton article est aussi interressant que touchant. Les stereotypes de genre touche aussi bien les filles que les garçons, comme tu l'explique si bien.
    C'est important d'en avoir conscience, et c'est de cette façon je pense que tu pourras protéger tes enfants des médias et de la société, et peut-être ainsi faire changer un peu le système.
    Même si cela prend tu temps, j'ai espoir que les choses évoluent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente de voir que tu partages mon optimisme ! C'est en en parlant qu'on pourra provoquer cette prise de conscience chez les gens ! Les choses finiront par évoluer :)

      Supprimer
  10. (féministe et optimiste, oui, oui)

    RépondreSupprimer
  11. As-tu vu son homologue Miss Représentation ? :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je le vois sur Netflix depuis un moment mais je ne l'ai toujours pas regardé ! Il est sur ma liste mais j'avoue que j'ai un peu "peur" de le voir. Je sais que je vais être énervée après donc j'ai du mal à trouver le bon moment ahah.

      A bientôt xx

      Supprimer

N'oubliez pas de signer vos commentaire et de repasser si vous souhaitez lire ma réponse.
Merci ♥