Seule.

Je crois que si je devais résumer ma vie un mot, ça serait celui-ci. Je commence à me rendre compte que c'est vraiment le mot qui me caractérise. J'écoutais une chanson magnifiquement déprimante et c'est ce qu'elle a fait résonner en moi. Je suis allée prendre une douche, je me suis perdue dans mes pensées pendant un long moment et je suis remontée à mon enfance.

En fait, j'ai commencé à être seule vers mes dix ans. C'est à cet âge là que j'avais décidé que les nourrices et moi, s'en était fini. C'est ainsi que j'ai commencé à me lever seule les matins, à rentrer seule de l'école et à manger en tête à tête avec moi-même les soirs. Ma mère m'avait donné comme consignes de ne pas répondre au téléphone et de n'ouvrir la porte à personne. Elle m'appelait de son travail lorsque je rentrais de l'école et elle me laissait une assiette dans le frigo que je devais réchauffer au micro-ondes si j'avais faim. 
Les weekends, je passais mes journées seule à la maison, durant les presque dix heures pendant lesquelles ma mère travaillait. Je pense que je le vivais bien, j'aimais le fait de pouvoir faire tout ce que je voulais, le fait d'être indépendante et d'avoir le mérite de dire que je m'occupais seule de moi-même. 
Avec les années, cette solitude a commencé à me peser. C'est déjà dur de faire tout toute seule lorsqu'on a quarante ans, mais cela l'est également quand on n'en a même pas vingt.

People always leave, j'ai toujours aimé cette phrase. En plus de vivre quasiment seule, j'ai aussi eu la joie de voir les gens me quitter les uns après les autres. Lorsque j'essaye de tous les énumérer, ça me fait presque peur et je commence à croire que c'est peut-être moi qui ait un problème finalement. Ces personnes ne sont pas nécessairement décédées, au contraire, elles ne sont que deux à l'être réellement. C'est ce qui fait le plus mal en réalité. Il y a eu cette trop grande partie de ma famille qui m'a tourné le dos, tous ces gens qui n'appellent plus les jours de mon anniversaire. Il y a aussi eu ces amis avec lesquels je me suis éloignée avec le temps, sans raisons particulières. Il y a aussi certaines personnes de ma famille proche qui se sont éloignés de moi aussi bien géographiquement que sentimentalement.
Je finis par me dire que cela ne vaut peut-être pas le coup de s'attacher aux gens puisque je sais pertinemment qu'ils finiront par s'en aller tôt ou tard. 
C'est l'histoire de ma vie, j'aime et puis on finit par me rejeter et par m'oublier. 

Je me suis persuadée que j'étais la source du problème. Tous ces abandons sont trop nombreux pour une seule personne et il y a sûrement une cause à tout cela. J'en ai conclu que cette cause, c'était moi. 
Je fais fuir les gens, je les repousse. 

Je ne suis pas quelqu'un qu'on a peur a peur de perdre et qu'on aime de toutes ses forces pour que cela n'arrive jamais.


9 commentaires

  1. "Je ne suis pas quelqu'un qu'on a peur a peur de perdre et qu'on aime de toutes ses forces pour que cela n'arrive jamais."
    Tu m'ôtes les mots de la bouche..

    RépondreSupprimer
  2. Tu es une fille brillante, cela se ressent à travers ce que tu écris. Ta façon d'aborder les choses est touchante, et par conséquent, sincère...

    Je suis malheureuse pour toi que tu es à vivre une épreuve aussi dur sans "présence" (moi aussi je n'ai pas énormément d'amis, et je suis souvent seule le mercredi et le w-e... mais heureusement j'ai mes deux meilleures amies qui sont là pour me soutenir, et mon cheval qui mine de rien m'aide beaucoup dans ma vie de tous les jours, dans ma façon de penser et il m'aide également à mûrir... c'est fou ce qu'ils peuvent faire pour nous ces "petites" bêtes !)

    Peut-être pourrais-tu prendre un petit animal de compagnie ? Personnellement, j'ai un petit (gros) faible pour les chats & les lapins... :-)Le problème des chats, c'est qu'ils sont très indépendants et tu ne peux donc pas lier une vraie "complicité" avec l'un d'eux... Je m'entends à merveille avec ma chatounette, elle adore dormir sur mes genoux lorsque je lie ou que je regarde un film, mais elle préféra toujours ses potes de la rue et sa liberté à ma présence. Je le comprends, et je ne lui en veux pas : ils ont été nés pour vivre libres ces félins ! ^^

    Bref, je m'étale. J'espère que ce passage à vide passera rapidement, tu es quelqu'un d'exceptionnel, n'en doute jamais...

    RépondreSupprimer
  3. Je suis à Paris 8, et si, elle est sur APB, pourquoi elle ne le serait pas ?

    Ceci dit, je précise que ma filière est vraiment à part du reste de la fac, en ce qui concerne l'administration et les profs. Mes cours d'anglais (qui sont dans un autre département pcq j'ai le meilleur niveau) sont tout à fait normaux et agréables, pareil pour les secrétaires d'anglais qui se plaignent de celles d'info com.

    RépondreSupprimer
  4. "Je me suis persuadée que j'étais la source du problème. Tous ces abandons sont trop nombreux pour une seule personne et il y a sûrement une cause à tout cela. J'en ai conclu que cette cause, c'était moi."

    C'est exactement ce que je me suis dit, il y a quelques mois.

    Je n'arrive toujours pas à me raisonner, mais j'essaie juste de ne pas y penser. Tu devrais faire pareil.

    RépondreSupprimer
  5. @Sara : ton commentaire m'a vraiment touché. Ca me touche que tu penses cela de moi alors qu'en fin de compte, on ne se connait qu'à travers un écran.
    Pour ma part, je ne suis pas très "animaux", ce qui m'aide, c'est la musique. La musique m'a toujours aidé à aller mieux. C'est dingue le pouvoir qu'elle peut avoir sur moi !

    Merci encore, vraiment...
    <3

    RépondreSupprimer
  6. Ah bah si, APB s'est bien passé pour moi, sauf au moment où j'ai écrit mon essai (sur notre média préféré), mais où j'avais mis trop de temps, donc au moment de cliquer sur entrée, APB m'a dit qu'il fallait que j'avais perdu ma connexion... Par conséquent, j'ai du tout réecrire en très peu de temps :/

    RépondreSupprimer
  7. Non, ma licence ne se fait pas ailleurs en île de france, sauf dans une fac encore pire (paris 13).

    RépondreSupprimer
  8. HAHAAA moi aussi j'ai trop du mal avec les vestes en cuir fermées. Les vestes tout court (et même gilets), d'ailleurs. y'a que mon manteau long que j'arrive à fermer.

    Pour les bottines, je vois ce que tu veux dire ! En fait à la base, je voulais pas de bottines comme ça non plus mais j'ai bien aimé la couleur et je cherche des trucs à petits talons donc ce genre de truc me semble être un bon compromis même si après ta remarque, j'me suis dit "j'avoue" que ça me rappelait trop "avant" aussi (enfin, sur les autres filles).

    RépondreSupprimer

N'oubliez pas de signer vos commentaire et de repasser si vous souhaitez lire ma réponse.
Merci ♥